Petit guide de survie à l’attention de Frank McCourt

  • A
  • A
Petit guide de survie à l’attention de Frank McCourt
M. McCourt, que pensez vous de Rabillard ? He's awesome.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Frank McCourt s’est mis d’accord avec l’OM, lundi, pour devenir le nouveau propriétaire du club. Voilà ce que l’Américain devrait savoir avant de s’engager définitivement.

Rares sont les Américains à avoir rejoint les rangs de la Ligue 1. Les plus avisés auront peut-être à l’esprit Charlie Davis, Jordan Siebatcheu, Alexandro Bedoya, Freddy Adu ou encore Carlos Bocanegra… et c’est à peu près tout. Frank McCourt, lui, n’est pas du genre à chausser les crampons. Le nouveau-futur propriétaire de l’OM a jeté son dévolu sur la Canebière, après une expérience – sulfureuse – à la tête des Dodgers de Los Angeles. Mais le monde du baseball est bien différent de celui du "soccer", surtout quand il s’agit du championnat de France. Alors, afin qu’il sache où il met les pieds et pour éviter les mauvaises surprises, Europe 1 a décidé de lui donner quelques conseils pour bien s’acclimater.

  • Jean-Michel Aulas, le Donald Trump de la Ligue 1

"Très heureux que l’OM et le groupe Margarita D. aient trouvé un repreneur américain. Il faut aussi un OM compétitif". À peine l’arrivée de McCourt sur le Vieux-Port annoncée, Jean-Michel Aulas a dégainé un petit message de bienvenue sur Twitter. Adepte des punchlines en 140 caractères, le président de l’OL s’y est pourtant davantage distingué par sa capacité à allumer des mèches. Une habitude qui lui a valu le surnom de "Donald Trump de la Ligue 1". Comme le candidat républicain à la Maison-Blanche, JMA adore la polémique. Et comme lui, il en tire presque toujours des avantages. Tantôt traité de "faux-cul", de "guignol" ou de "parano", Vincent Labrune, son ex-homologue marseillais, a d’ailleurs souvent joué le rôle d’Hillary Clinton. Si Frank McCourt doit s’abonner à un compte Twitter pour être au courant de l’actu clash/buzz/scandale d’arbitrage, c’est bien celui-là.

  • La Coupe de la Ligue < le Super Bowl

Sur ce coup-là, le businessman made in Boston risque d’être légèrement dépaysé. Mais alors très légèrement (vous sentez l’ironie ?). Certes, en termes de capacité, le Stade de France (81.338 places) n’a rien à envier au Levi’s Stadium, hôte du dernier Super Bowl, pouvant accueillir 75.000 personnes. Côté spectacle, en revanche… Là où les Américains peuvent compter sur Beyoncé et Coldplay, la France a Maître Gims. Voilà, voilà.

  • Les règles ne sont pas les mêmes qu'au baseball

Cela peut paraître évident, mais on préfère le prévenir. Histoire de ne pas voir l’Américain se lever à chaque fois que Romain Alessandrini envoie une cacahuète en tribunes. En baseball, c’est un homerun, mais en Ligue 1, ça ne vaut pas de points. Enfin, autre règle très importante à assimiler et complètement étrangère au sport américain, celle des montées et des descentes. Quand les franchises de baseball, de NBA, ou même de MLS sont assurés de rester dans l’élite l’année suivante, et ce quoi qu’il arrive, une mauvaise année en France peut rapidement être synonyme de relégation. Mais en cas de saison cauchemardesque pour l’OM, les supporters marseillais feront en sorte de très vite le lui rappeler.

Ce qu’il faut également savoir :

- Tous les Français n’ont pas l’accent de Jean-Claude Gaudin.

- N’en déplaise à son petit neveu qui voulait un maillot dédicacé pour Noël, Zlatan Ibrahimovic n’est plus en France.

- Contrairement au baseball, seul le gardien a le droit de porter une casquette (et encore).

- Le monsieur chauve qui a l’air méchant et qui siffle toutes les cinq minutes, c’est un arbitre.

- Si Frank McCourt cherche Abou Diaby, il est à l’infirmerie.

- Les bases du vocabulaire pour la saison à venir : "Droit au but", "À jamais les premiers" et "Paris on t’en*****". Popularité assurée.