"Penaltygate" au PSG entre Cavani et Neymar : "un truc de gosses", estime Didier Roustan

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Didier Roustan est revenu lundi sur le "penaltygate" qui a opposé Neymar et Edinson Cavani lors du match PSG-Lyon, dimanche. Selon lui, il va falloir que l'entraîneur parisien "tranche".

L'AVIS DE

C'est la première crise interne qu'Unai Emery va devoir gérer depuis l'arrivée de Neymar au PSG. Dimanche, à deux reprises, le Brésilien a disputé à Edinson Cavani le droit de tirer un coup de pied arrêté : un coup franc, d'abord, où le compatriote de Neymar, Dani Alves, est même allé jusqu'à chiper le ballon à Cavani, puis le penalty, une vingtaine de minutes plus tard. Neymar convoite une fois de plus le ballon, mais, cette fois, Cavani obtient gain de cause, avant de voir sa tentative arrêtée par Anthony Lopes, le gardien lyonnais.

Un "gros problème d'ego". L'affaire, baptisée "penaltygate", est la conséquence d'un "gros problème d'ego", a estimé Didier Roustan, lundi après-midi, dans l'émission Y a pas péno ! sur Europe 1. "Ça va être très compliqué pour Emery, surtout. Il va falloir qu'il tranche et ça va être très délicat."

"C'est un truc de gosses !" Pour lui, "c'est Neymar qui n'est pas très clair" dans cette affaire. "Tu arrives dans un club, tout Neymar que tu es, il y a un joueur qui est préposé aux penaltys, et qui les tire plutôt bien.' Le Brésilien aurait donc dû respecter cette hiérarchie : "C'est un truc de gosses ! C'est vachement décevant…"

"Je ne vois pas comment Emery va s'en sortir." Didier Roustan pense néanmoins que "Neymar va être le Dieu tout puissant". "S'il va un peu pleurnicher auprès du président Nasser Al-Khelaïfi, qui est connu pour être très proche des joueurs et notamment des joueurs emblématiques, cela pourrait mettre la pression sur Emery." Et surtout, "cela peut" isoler Cavani dans le vestiaire parisien. "Ça va être très, très compliqué mais je pense surtout à l'entraîneur. Je ne vois pas comment il va s'en sortir", s'inquiète Didier Roustan. Pour que ce "penaltygate" ne reste qu'un épiphénomène, il va falloir que l'entraîneur du PSG prenne les choses en main.