Pays-Bas/France : Pogba donne la victoire aux Bleus

  • A
  • A
Pays-Bas/France : Pogba donne la victoire aux Bleus
Pogba a ouvert le score pour les Bleus d'une frappe splendide.@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

MONDIAL 2018 - Les joueurs de Didier Deschamps ont remporté leur "finale avant l'heure" contre les Pays-Bas dans la course à la première place du groupe A (1-0).

L'ESSENTIEL

En tête de leur groupe avec quatre points chacun - un nul en déplacement et une victoire nette à la maison -, les Pays-Bas et la France avaient confirmé jusqu'à présent leur statut de favori dans leur groupe de qualification pour le Mondial 2018. Les deux équipes s'affrontaient lundi dans ce qui ressemblait à une "finale avant l'heure", seul le premier du groupe étant qualifié directement pour le Mondial russe. Et cette "finale", ce sont les Bleus qui l'ont gagnée. Ils occupent désormais la tête du groupe, à égalité de points avec la Suède, vainqueur de la Bulgarie. Découvrez ici notre "Top Live" (subjectif, évidemment), un classement non chronologique des moments forts du match.

Le tableau d'affichage

PAYS-BAS 0-1 FRANCE (à l'Amsterdam ArenA)

  • But de Pogba (30e, d'une belle frappe flottante)

1. Pogba "man of the match". La première question laissée en suspens avant le match concernait Paul Pogba, décevant contre la Bulgarie et plus généralement moins à l'aise dans son rôle plus défensif en Bleu qu'en club, où il dispose de plus de libertés. Didier Deschamps a pourtant choisi de le reconduire dans son onze type pour la 17ème fois de rang. Une marque de confiance justifiée. En plus d'être très propre dans l'entrejeu et dangereux dans ses ouvertures, Paul Pogba a ouvert le score d'une belle frappe des 25 mètres (30e) et frôlé le doublé sur corner (66e).

2. La claquette de Lloris dans le money time. On ne l'avait pas vu du match, mais le capitaine français Hugo Lloris est sorti de sa boîte au meilleur moment. A la 89e minute exactement, sur une frappe à bout portant de Memphis Depay suite à un des rares ratés de la défense française. Car pour le reste, l'arrière-garde tricolore a été très solide, et c'est là l'une des principales satisfactions du soir pour l'équipe de France.

3. Koscielny, homme de main de la défense française. Après un début de match très propre des Bleus, les Néerlandais se sont révoltés. Jusqu'à ce gros coup de chaleur sur la défense française, où Koscielny a contré du corps (beaucoup) et du bras (un peu) une frappe de Vincent Janssen suite à une perte de balle de Dimitri Payet (42e). Sans conséquence puisque l'arbitre n'a rien sifflé.

4. La "2G" moins fluide que contre la Bulgarie . Efficace devant le but et très impliqué dans le jeu offensif des Bleus face à la Bulgarie, vendredi dernier, Kevin Gameiro avait impressionné pour son retour en équipe de France. Contre les Pays-Bas, ce fut plus compliqué. Hormis une belle frappe à la 13e minute et un face-à-face avec le gardien batave (54e), le Madrilène a été bien tenu par les défenseurs centraux hollandais aux gabarits imposants. Même verdict pour Antoine Griezmann, moins influent dans le jeu et auteur de ratés inhabituels. Ce sera maintenant à Didier Deschamps de décider s'il conserve cette "2G" contre la Suède, le 11 novembre prochain, lors du prochain match de qualification.