Hollande, un président supporter à Clairefontaine

  • A
  • A
Hollande, un président supporter à Clairefontaine
François Hollande a rendu visite à l'équipe de France jeudi.@ DR
Partagez sur :

LA PHOTO - Le président de la République a déjeuné avec l’équipe de France jeudi. Un passage obligé.

A un peu plus de deux semaines du début de la Coupe du monde au Brésil, l'équipe de France a reçu la visite d'un supporter spécial jeudi à la mi-journée. François Hollande est en effet venu saluer jeudi les joueurs et l'encadrement des Bleus à Clairefontaine, traditionnel camp de base de l'équipe.



Viste des installations. Le chef de l'Etat est arrivé aux alentours de 12h30 et a été accueilli par le président de la Fédération française de football Noël Le Graët, avant de partager le déjeuner avec les Bleus en compagnie de la ministre de la Jeunesse et des Sports Najat Vallaud-Belkacem et du secrétaire d'Etat aux Sports Thierry Braillard. François Hollande, qui n'a fait aucune déclaration, a ensuite eu droit à une visite des installations du Centre national du football avant de quitter les lieux vers 14 heures.

Chirac et Sarkozy avant lui. Ce n'est pas la première fois qu'un président de la République en exercice vient ainsi encourager les Bleus avant une grande compétition. En 2008, avant l'Euro en Suisse et en Autriche, Nicolas Sarkozy s'était rendu à Clairefontaine. En 1998, c'est Jacques Chirac qui s'état rendu au célèbre château pour encourager l'équipe de France avant la Coupe du Monde en France. un pari qui s'était avéré payant. l'ancien président avait été très présent tout au long de la compétition et avait sans conteste tiré bénéfice des retombées positives de la victoire finale des Bleus. Actuellement très impopulaire, François Hollande n'aurait lui aussi bien besoin d'une telle bouffée d'oxygène.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

COACH-PRESIDENT - Hollande : "l'équipe de France doit être un motif de fierté"

INFO E1 - Hollande bien entouré pour regarde France-Honduras à la TV

BONS POINTS - Coupe du monde : ce qu'on a aimé contre la Norvège