Un Euro avec l'Argentine et le Brésil ?

  • A
  • A
Un Euro avec l'Argentine et le Brésil ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Le président de l'UEFA, Michel Platini, réfléchirait à une drôle d'idée pour l'Euro 2020.

Une finale entre l'Argentine et le Brésil, tout le monde en rêve. En Coupe du monde, évidemment, en Copa America pourquoi pas, mais pas forcément lors d'un championnat d'Europe des nations... Pourtant, cette possibilité pourrait être d'actualité dans un avenir relativement proche.

En effet, le quotidien britannique The Independent a évoqué ce week-end "en exclusivité" un projet de l'UEFA portant sur une refonte de l'Euro, sa compétition de référence. Le quotidien britannique cite un conseiller proche de Michel Platini, le président de l'UEFA : "on commence à y réfléchir mais c'est tout à fait réalisable. Les Sud-Américains font cela depuis des décennies, ils invitent des sélections qui ne font pas partie du continent pour participer à la Copa America. Pourquoi l'Europe ne le ferait-elle pas ?"

L'Espagne approchée pour la Copa America 2011

Forlan face au Mexique (930x620)

© REUTERS

Avec dix pays seulement inscrits à la confédération sud-américaine, les organisateurs de la Copa invitent systématiquement deux autres nations afin de pouvoir faire trois groupes de quatre. Celles-ci sont issues de la confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes : le Mexique (ici face à l'Uruguay, en 2011), les Etats-Unis ou le Costa Rica. Mais, lors de l'édition 2011, les organisateurs avaient d'abord invité le Japon (qui a décliné en raison de la catastrophe de Fukushima) puis... l'Espagne. Des discussions avaient été entamés avec la Fédération espagnole. Sans succès. Cette ouverture à d'autres continents, l'UEFA voudrait l'appliquer à son Euro, en proposant à des pays comme l'Argentine, le Brésil, mais aussi au Mexique ou au Japon de participer au Championnat d'Europe des nations.

Aussi incongrue qu'elle puisse paraître aujourd'hui - et en attendant qu'elle soit confirmée -, cette idée n'est pas totalement farfelue. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle semble être dans la logique de l'UEFA. Depuis son arrivée à la présidence, Platini s'est ingénié à muscler son épreuve, qui est aussi la vitrine de l'institution avec la Ligue des champions. De fait, la compétition va déjà passer de 16 équipes à 24 en 2016. Mieux, en 2020, la compétition ne se disputera pas dans un ou deux pays mais dans 13 grandes villes d'Europe. Pour son tournoi majeur, l'UEFA pense global. Et quoi de mieux pour cela que d'inviter de grandes sélections issues d'autres continents, comme le Brésil pour l'Amérique du Sud ou le Japon pour l'Asie ?

Blatter aux côtés de Platini (930x620)

© REUTERS

Cette idée, si elle est avérée, est également à rapprocher de la rivalité croissante entre la Fifa et l'UEFA et leurs présidents, Sepp Blatter et Michel Platini (au centre et à droite sur la photo). "Beaucoup à la Fifa parlent de réduire le pouvoir de l'Europe, en abaissant le nombre d'équipes en Coupe du monde (13 sur 32 actuellement) mais aussi le nombre de nos représentants à comité exécutif de la Fifa (8 sur 24)", rappelle également le conseiller de Platini cité par The Independent. En organisant désormais un Euro à 24, l'UEFA entend clairement offrir une alternative à la Coupe du monde, organisée elle par la Fifa. Coïncidence ou non, la rumeur de ce projet émerge en pleine polémique sur l'attribution du Mondial 2022 au Qatar. Pour contrer cette édition qui irrite aussi bien les syndicats internationaux que les grands championnats européens, l'UEFA pourrait être tenté de dégainer deux ans avant un Euro XXL avec le Brésil et l'Argentine en invités. Ne dit-on pas déjà que l'Euro est une compétition plus relevée que la Coupe du monde ?