Stakhovsky fait l'arbitre avec son iPhone

  • A
  • A
Stakhovsky fait l'arbitre avec son iPhone
@ REUTERS
Partagez sur :

TENNIS - Sergueï Stakhovsky a pris une photo avec son iPhone en plein match, lundi à Roland-Garros.

C'est l'histoire de cette deuxième journée de Roland-Garros. Lundi après-midi sur le court Suzanne Lenglen, l'Ukrainien Sergueï Stakhovsky n'a rien pu faire contre le Français Richard Gasquet. Balayé en trois manches (6-1, 6-4, 6-3), le 101e joueur mondial a parfois perdu son sang-froid. Mais il a surtout contesté une décision d'arbitrage au deuxième jeu du premier set, sur une balle de break pour Gasquet.

Il prend la photo et la tweete après la rencontre

Stakhovsky-2
Sa balle est annoncée faute. L'Ukrainien n'est absolument pas d'accord avec l'arbitre et sort son téléphone pour prendre une photo de l'impact de la balle. Après sa défaite en trois manches (sans contestation possible), il a choisi de montrer le cliché à tous les joueurs présents dans les vestiaires. Il a même posté la photo sur Twitter pour demander l'avis des internautes. Et même si l'initiative fait sourire, il est impossible d'affirmer avec certitude que la balle est bonne ou pas. A vous de juger en regardant le cliché.



"Je m'attends à avoir une amende pour cette photo mais je vais tout faire pour l'éviter", a plaisanté Sergueï Stakhovsky après la rencontre. De son côté, Richard Gasquet a réagi à cette affaire avec un certain humour. "C'est étrange, il est sûrement le plus bizarre sur ce tournoi. C'est sûr qu'on n'a pas l'habitude de voir ce genre de chose", a commenté le n°9 mondial. Et d'ajouter : "c’est vrai, la marque est litigieuse. A vous de juger !". Mardi matin, Stakhovsky a quand même tenu à féliciter son adversaire pour son très bon match. "Gasquet a très bien joué hier. Il ne m'a pas laissé beaucoup de chances. Maintenant, retour à l'entraînement", a écrit l'Ukrainien sur son compte Twitter.



Des joueurs qui contestent une décision de l'arbitre, ce n'est absolument pas nouveau. En son temps, John McEnroe insultait régulièrement l'arbitre sur des décisions litigieuses. Mais désormais, les joueurs se servent de la technologie pour leur défense. Il y a quinze jours au Masters 1.000 de Rome, le Serbe Viktor Troicki avait carrément demander à un caméraman de filmer l'impact d'une balle pour appuyer son argumentaire.