Rififi autour d'une prime

  • A
  • A
Rififi autour d'une prime
Une certitude : Niels Albert ne partagera pas sa médaille d'or avec Rob Peeters (à g.) et Kevin Pauwels (à d.).@ MAXPPP
Partagez sur :

CYCLO-CROSS - Ultra-dominateur en course, le cyclo-cross belge s'écharpe autour d'une prime.

Le football français a eu son affaire des primes. Le cyclisme belge est en train de connaître la sienne. Niels Albert, net vainqueur de la course Elite des championnats du monde de cyclo-cross, dimanche dernier, avait annoncé, mardi, vouloir refuser de partager ses 22.000 euros de prime de victoire avec ses six compatriotes belges, qui avaient accaparé tous les accessits, de la deuxième à la septième place.

"Personne n'a contribué au titre de Niels qui a tout fait du début à la fin, sans l'aide de personne. Au contraire, les six autres Belges ont roulé derrière lui. Pourquoi devrait-il donc partager sa prime de victoire ?", s'était interrogé l'agent du champion du monde, Christoph Roodhooft, dans les colonnes du quotidien Het Laatste Nieuws. Scandale ! La presse belge a tiré à boulets rouges sur sa vedette, un journal accusant même Albert d'être le "champion du monde des radins" !

Rétro-pédalage dans la journée

Quelques heures après le début de la polémique, l'agent d'Albert a éteint le feu en expliquant que son athlète était même prêt à ne rien toucher après son titre mondial : "Niels a décidé que le sélectionneur fédéral pouvait diviser la somme comme il l'entendait. Il renonce même à toucher cette prime. Il veut simplement profiter de son titre".

Tout en se félicitant de ce rétro-pédalage, le sélectionneur fédéral belge Rudy De Bie a regretté que "cela ce soit passé comme ça". "Les Mondiaux, avec les sept Belges aux sept premières places, s'étaient si bien déroulés. Nous n'avions pas besoin d'une telle polémique", a-t-il considéré, sans apporter de précision sur la division de la prime. Albert, lui, en touchera bien une, une prime de victoire. Son équipe, BKCP, lui en a promis une de 55.000 euros...