Qui va aller voir France-Irlande ?

  • A
  • A
Qui va aller voir France-Irlande ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

RUGBY - Seulement 9.000 billets ont été renvoyés à la Fédération française avant d'être revendus.

Le samedi 11 février dernier, quelques secondes avant que France-Irlande ne soit reporté en raison d'une pelouse gelée, le Stade de France était plein à craquer. Ce ne sera pas forcément le cas, dimanche, à 16h00, date à laquelle la rencontre-phare de la deuxième journée du Tournoi des Six Nations a été reprogrammée.

En effet, seulement 9.000 des 80.000 billets vendus initialement pour la rencontre ont été renvoyés à la Fédération française de rugby (FFR) pour un remboursement, qui devait être effectué avant la date limite du 24 février. De fait, 71.000 billets sont donc restés la propriété des gens qui avaient bravé le froid polaire, il y a trois semaines.

Un match à guichets fermés

Malgré cette incertitude, le trésorier de la FFR, René Hourquet, reste confiant sur le taux de remplissage du Stade de France, dimanche, en fin d'après-midi. "On peut considérer que les 70.000 personnes vont revenir, que certaines n'ont pas jugé utile de renvoyer les places pour être remboursées", estime-t-il au micro d'Europe 1. "Les sièges vides, il y en aura. Mais en théorie, tout est vendu ou conservé par les premiers acheteurs." Officiellement, France-Irlande se jouera donc à guichets fermés. Car les 9.000 places remises en vente par la FFR après retour des premiers acheteurs n'ont pas tardé à trouver preneur.

Pour certains qui n'avaient pas eu de ticket pour le 11 février, ce fut même une aubaine. "C'est un coup de chance parce que, la première fois, je n'avais pas réussi à avoir de place, donc je me dis que le malheur des uns fait le bonheur des autres", estime ainsi Benoît, un spectateur parisien. Du côté irlandais, seuls 1.000 des 5.000 billets initialement achetés par la colonie verte ont été revendus. Malgré le triste épisode du report, l'ambiance devrait donc être au rendez-vous de ce France-Irlande 2012. Le beau temps, lui, est en option.