Prison ferme pour les voleuses de M'Vila

  • A
  • A
Prison ferme pour les voleuses de M'Vila
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Elles ont été condamnées à six mois de prison pour un vol dans une chambre d'hôtel.

Six mois de prison, dont trois mois avec sursis. C'est la peine infligée par le tribunal correctionnel de Montpellier à deux jeunes femmes jugées pour avoir volé le footballeur Yann M'Vila et un de ses amis dans une chambre d'hôtel, le 11 août dernier après le match de football France-Chili (1-1).

Sarah, 22 ans, standardiste à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, et Ingrid, 25 ans, serveuse dans un restaurant nîmois, mises à l'épreuve pendant deux ans, devront par ailleurs payer un euro de dommage et intérêts. Le tribunal a partiellement suivi les réquisitions du parquet qui avait réclamé huit mois de prison, dont trois ferme contre les deux jeunes femmes, déjà condamnées dans un passé récent à de la prison ferme pour "vols aggravés".

Une montre, des téléphones et 400 euros

A l'audience, le 6 mars, les deux prévenues avaient reconnu le vol mais avaient expliqué qu'elles avaient voulu se venger, précisant qu'elles ne savaient pas, au moment des faits, que l'un des hommes était un joueur de l'équipe de France. Affirmant n'être "ni des prostituées de luxe ni des putes occasionnelles", elles avaient assuré avoir refusé 5.000 euros proposés "pour coucher" et ajouté que "ça s'était mal passé", sans donner plus de précisions.

En l'absence du joueur de Rennes, cette version avait été contestée, par son ami également partie civile. Selon lui, aucune relation sexuelle n'avait été imposée et aucune somme d'argent n'avait été proposée. Dans leur plainte, les deux hommes avaient raconté que les deux femmes, rencontrées dans une discothèque à Lattes et amenées dans un hôtel où le joueur avait réservé deux suites, les avaient délestés d'une montre incrustée de pierres précieuses (valeur 10.000 euros), trois téléphones portables, 400 euros en liquide, un flacon de parfum, un ordinateur portable et un ceinturon. Les objets volés avaient été restitués, à l'exception des 400 euros.