Nasri clashe un journaliste de CNN

  • A
  • A
Nasri clashe un journaliste de CNN
@ Montage REUTERS/Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

EXPLICATION DE TWEET - Le Citizen a répondu aux attaques après la défaite face à Arsenal.

Les acteurs du sport utilisent de plus en plus Twitter. Mais, en 140 signes, il n'est pas toujours facile de comprendre ce qu'ils veulent dire. Europe1.fr déniche les informations et les messages derrière leurs mots avec l'"explication de tweet".





@piersmorgan I'm aware what i said about titles i'm sure i will lift a trophy with Man City before AFC

Apr 09 via Twitter for BlackBerry®FavoriteRetweetReply


"A Piers Morgan. Je maintiens ce que j'ai dit au sujet des titres. Je suis sûr que je soulèverai un trophée avec Manchester City avant Arsenal." Au lendemain de la défaite des Citizens sur la pelouse d'Arsenal (1-0), dimanche, Samir Nasri n'a toujours pas digéré. Et rumine sa colère sur le site de micro-blogging Twitter. Sorti à une grosse dizaine de minutes de la fin par son entraîneur Roberto Mancini, le néo-Citizen a eu droit à la bronca de l'Emirates Stadium, où il a évolué pendant trois saisons, entre 2008 et 2011. Les supporters des Gunners n'ont pas digéré les conditions dans lesquelles l'international français est parti l'été dernier rejoindre les rangs de Manchester City. Et au premier rang de ces supporters, figure Piers Morgan.

L'amertume des fans d'Arsenal

Relativement méconnu en France, ce Britannique âgé de 47 ans, a fait ses armes dans la presse écrite britannique (il a été rédacteur en chef du News of the World et du Daily Mail), avant de percer à la télévision dans des émissions de télé-réalité. Parti aux Etats-Unis, il a actuellement son propre show, sur CNN, où il a récupéré la case de Larry King. Juste avant le coup d'envoi du match entre Arsenal et City, dimanche, il a tweeté "J'aimerais voir Arsenal ruiner les chances de Manchester City d'être champion aujourd'hui (dimanche). Juste pour voir le visage de Nasri." Quelques minutes après le match, il a remis ça : "Samir Nasri, j'ai l'impression que les choses n'ont pas fonctionné de la façon dont ton petit cerveau de mercenaire l'espérait, hein ?"





Happy Easter, @SamNasri19 - guess things didn't work out quite the way your mercenary little brain hoped, eh? #NotEvenTopTeamInManchester

Apr  08 via webFavoriteRetweetReply
Banderole anti-Nasri à l'Emirates Stadium (930x620)

© MAXPPP

Radical, l'avis de Piers Morgan traduit l'amertume des fans des Gunners après le départ de Nasri l'été dernier. Après plusieurs jours d'atermoiement, l'ancien Marseillais avait pris la direction de City pour un énorme contrat en tenant un discours qui a quelque peu irrité du côté de l'Emirates Stadium. "Maintenant, je suis dans une équipe avec laquelle je sens que je peux gagner des trophées", avait-il déclaré, ajoutant notamment que Manchester City était "le club du futur".

Sifflé au stade, brocardé sur Twitter, Nasri n'a pas tardé à répliquer en mettant en avant le classement de City ("Piers Morgan et tous les fans d'Arsenal, regardez dix points au-dessus de vous, supportez votre équipe et oubliez-moi"). Puis, plus étrangement, il s'est mis à souligner le côté frenchy d'Arsenal ("le manager qui fait des miracles est français", "le meilleur buteur de l'histoire du club est français", "le dernier joueur à avoir soulevé un trophée est français").

Un pari sur qui gagnera un trophée en premier

Puis Nasri s'en est pris directement à son interlocuteur. "Ne parlez pas de loyauté, un Anglais qui est allé aux Etats-Unis pour son propre show et davantage d'argent. Vous me faites rire". Ce à quoi Morgan a répondu d'un simple "Je suis Irlandais", avant de décocher quelques flèches empoisonnées ("ce n'est pas la faute des fans d'Arsenal si tu as pris l'argent du pétrole et que tu l'as gaspillé").

Mauvaise foi du supporter d'un côté, orgueil du joueur blessé de l'autre, le tweet-clash était assuré. Et la nuit n'a pas calmé les deux belligérants. Lundi midi, Nasri a ainsi publié ce fameux tweet dans lequel il justifie son choix de carrière. Morgan n'a pas tardé à répliquer en enjoignant son interlocuteur à parier 10.000 livres (12.000 euros environ) sur qui gagnerait un trophée en premier. Nasri l'a pris au mot en répondant : "pas de problème et le gagnant donne l'argent à une oeuvre de charité." Rendez-vous est pris pour la saison prochaine. Car cette année, ni Arsenal ni Manchester City , distancés en championnat et éliminés en Coupes, ne devraient gagner le moindre trophée.