Les Saints paient cher le "bountygate"

  • A
  • A
Les Saints paient cher le "bountygate"
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT US - Un système de primes visant à blesser les adversaires avait été mis en place.

Roger Goodell a décidé de taper du point sur la table. Le patron de la toute-puissante NFL, la Ligue de football américain outre-Atlantique, a annoncé mercredi la suspension pour un an du coach des Saints de La Nouvelle-Orléans, Sean Payton, vainqueur du Super Bowl en 2010. Cette suspension est assortie d'une privation de salaire d'un an, d'une amende de 500.000 dollars (378.900 euros) et s'étend également au manager de la franchise (huit matches de suspension), au coach assistant (six matches) et au coordinateur défensif, suspendu, lui, jusqu'à nouvel ordre. C'est là la conclusion, très salée pour les Saints, du scandale du "bounty program", qui a éclaté début mars.

Des primes indexées sur le niveau de blessure

Que reproche-t-on aux têtes pensantes des Saints, l'une des franchises les plus célèbres de la NFL ? Le coordinateur défensif, Gregg Williams, est accusé d'avoir mis en place lors des trois dernières saisons un système de bonus illégaux, ou "bounties", contrevenant au règlement de la NFL. Du sérieux. Du très sérieux. Une grosse vingtaine de défenseurs des Saints ("22 à 27" selon la Ligue) auraient été encouragés à blesser des joueurs clés adverses (le quarterback notamment) contre rémunération (1.500 dollars (1.140 euros) pour un K.-O. et 1.000 dollars (760 euros) pour une "mise sur la touche"). Un système bien au point, avec des cibles prioritaires (les stars adverses, Brett Favre ou Kurt Warner), et qui aurait fonctionné à plein lors de la campagne de play-offs victorieuse des Saints en 2009-10.

"Inhabituel, énorme et inacceptable"

Alors que la NFL se bat depuis de nombreuses années pour limiter les blessures et les commotions cérébrales (20 procès sont en cours avec d'anciens joueurs !), ce petit jeu interdit a évidemment été très mal perçu en haut lieu. Goodell l'a qualifié de "particulièrement inhabituel et énorme" ainsi que "totalement inacceptable". "C'est de notre responsabilité d'assurer l'intégrité physique des joueurs et la conduite du jeu et ce type de comportement ne sera pas toléré", avait-il déclaré, lors de l'éclatement de l'affaire. Même s'il n'a pas été à l'origine du projet, "coach Payton" est accusé par la NFL d'avoir ignoré les instructions de la NFL, de s'être enfermé dans une position de déni et même d'avoir poussé ses assistants à faire de même pour ne pas attirer l'attention.

Alors que le principal accusé de ce "bountygate", Greg Williams, avait rejoint les Rams de Saint-Louis en fin de saison dernière, les Saints vont devoir faire sans le coach qui les a ramenés vers les sommets. "A nos supporters, à la NFL et au reste de la Ligue, nous offrons nos plus sincères excuses et portons l'entière responsabilité de ces très graves violations du règlement", a expliqué la franchise dans un communiqué. La star des Saints, Drew Brees, meilleur joueur du Super Bowl 2010, a fait part de son étonnement sur le site de micro-blogging, Twitter. "Je reste sans voix", écrit-il. "Sean Payton est un grand homme, coach et mentor. Le meilleur. J'ai besoin d'une explication à tout cela." La NFL, elle, avait besoin d'une sanction.