Les Hornets transformés en Pélicans

  • A
  • A
Les Hornets transformés en Pélicans
@ nba.com
Partagez sur :

NBA - La franchise de la Nouvelle-Orléans va désormais porter le nom de New Orleans Pelicans.

Pour tout un tas de fan de basket qui ont découvert la NBA dans les années 1990, le coup est dur. Le célèbre logo des Hornets, les Frelons, popularisés par des joueurs comme Alonzo Mourning, Larry Johnson ou Muggsy Bogues à l'époque où la franchise était encore basée à Charlotte, appartient désormais au passé.





Le propriétaire de la franchise, sise à la Nouvelle-Orléans depuis 2002, a annoncé que les Hornets allaient devenir les Pelicans, que l'on sera tenté de franciser en Pélicans... Ce n'est pas la première fois qu'une franchise de NOLA (pour New Orleans, Louisiana) s'appellera Pelicans. Une équipe de division mineure de baseball a déjà porté ce nom à différentes époques, notamment entre 1901 et 1959.

Le pélican, symbole de la Louisiane

Pélicans en Louisiane (930x620)

© REUTERS

"Quand nous avons acquis l'équipe, c'était une priorité de changer son nom pour refléter notre culture, notre communauté et nos ambitions", a expliqué le propriétaire, Tom Benson. "Notre région a été durement frappée ces dernières années et la chose qui domine, c'est la résilience et la détermination à revenir, à se battre et à triompher." Exit donc le fameux bleu ciel, qui n'a jamais été totalement dissocié de Charlotte, et place à un bleu roi, à l'or, au rouge et au blanc, avec des références appuyées à l'Etat de Louisiane, à commencer par les couleurs de son drapeau, la fleur de lys ou encore la typographie, qui reprend celle du célèbre Quartier français. La présence du pélican, elle non plus, ne tient pas au hasard. Depuis plus de deux siècles, l'oiseau est le symbole de la Louisiane, surnommé "L'Etat pélican". Cette espèce avait presque disparu de Louisiane depuis le passage meurtrier de l'ouragan Katrina en 2005, mais a progressivement réapparu et a pu être retirée de la liste des espèces en voie de disparition en 2009.

Produits des New Orleans Pelicans (930x620)

© nba.com

Ce qu'on ne peut pas (encore) faire avec l'équipe actuelle. Depuis le départ de Chris Paul en 2011, qui a marqué le début de la restructuration de la franchise, les Hornets ont connu deux saisons difficiles, avec 31,8 % de victoires en 2011-12 et à peine plus cette saison (32,6%) malgré l'arrivée du n°1 de la draft, Anthony Davis, qui n'a pas eu le rendement escompté, notamment en raison de blessures. Les dirigeants de la franchise espèrent désormais que ce changement de nom va donner un coup de fouet (ou de bec) à une équipe engluée dans les profondeurs de la conférence Ouest...

Joe Flacco (930x620)

© REUTERS

Une sacrée ménagerie. Pélicans n'est pas le seul nom d'animaux pittoresque en NBA. On peut également citer les Charlotte Bobcats, les Chats sauvages (rien à voir avec Dick Rivers, mais tout avec le côté agressif de l'animal), les Memphis Grizzlies (ex-Vancouver, ce qui explique Grizzlies, car on en trouve relativement peu dans le Tennessee...) ou encore les Toronto Raptors (on en trouve pas du tout au Canada mais à l'époque où la franchise a été créée, en 1995, il y en avait sur les écrans, dans Jurassic Park et ses suites). Ce goût prononcé pour les noms d'animaux en NBA (qui compte également les Bucks ou les Hawks), on le retrouve dans deux autres grandes ligues, la NFL, la ligue pro de football américain (Dolphins, Ravens (ici Joe Flacco en photo), Bengals, Jaguars, Eagles,...) et la NHL, la ligue pro de hockey sur glace (Penguins, Blackhawks, Ducks, Coyotes, Sharks,...). Depuis jeudi, la ménagerie des sports pro américains accueille désormais les Pelicans.