Les casseroles d'Ibrahimovic, ce loser

  • A
  • A
Les casseroles d'Ibrahimovic, ce loser
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Dans son autobiographie, Ibrahimovic n'apparaît pas toujours sous son meilleur jour.  

Mercredi, les fans de Zlatan Ibrahimovic pourront se ruer dans les librairies pour acheter son autobiographie (Moi Zlatan Ibrahimovic, éditions JC Lattès). Si l'auteur David Lagercrantz s'est attaché à décrire le personnage tel qu'il était, le lecteur découvrira certaines facettes moins glamour de l'attaquant du PSG. Europe1.fr a relevé les meilleures casseroles d'Ibra.

Trezeguet l'a poussé "à boire cul sec". Contrairement à certains footeux fêtards comme Ronaldinho, Adriano, Paul Gascoigne ou encore Sidney Govou, Zlatan Ibrahimovic, lui, n'est pas très porté sur la bouteille. "Je n'ai pris ma première cuite qu'à 17 ou 18 ans et j'ai dégueulé dans l'escalier comme n'importe quel autre adolescent", raconte-t-il. "Depuis, je n'ai que rarement été saoul. Une fois, je me suis évanoui dans la baignoire après le Scudettto remporté avec la Juventus. C'était Trézéguet, ce traître, qui m'avait poussé à boire cul sec".

Couverture-Zlatan

Il a dragué sa femme avec 41°C de fièvre. Pour les fêtes de fin d'année en 2001, Zlatan Ibrahimovic revient au pays. Plutôt que de passer Noël avec sa famille, il se rend directement chez Helena, sa future femme. Extrêmement malade, avec 41 °C de fièvre, c'est là que Zlatan réussit à la toucher. "J'étais totalement à plat pendant trois jours et Helena devait me laver, m'essuyer le front, changer mes draps parce qu'ils étaient trempés de sueur et je délirais, je gémissais. Et cela déclencha quelque chose. (…) Je devenais humain. Ma carapace se craquelait". Comme quoi, une petite mine vaut mieux qu'une décapotable rutilante pour draguer.

Zlatan a trouvé un ami grâce à internet. L'attaquant du PSG est un fan inconditionnel de jeux vidéo. "J'avais aménagé chez nous une salle de jeux et je pouvais y rester jusqu'à 3 ou 4 heures du matin", raconte-t-il dans son autobiographie. Il avait pris l'habitude de jouer en ligne sous un faux nom. Sans trop parler. Mais un jour, il a commencé à discuter avec un internaute de belles montres et de grosses voitures. Au bout d'un moment, Ibrahimovic lui propose de lui obtenir une montre de luxe à un prix réduit. Depuis, il échange toujours des SMS avec ce "flirt sur internet", petit surnom trouvé par sa femme Helena.

>>> A LIRE : Moi, David, dans la peau d'Ibrahimovic

Ibrahimovic pas très à l'aise sur des skis. En 2008, Zlatan Ibrahimovic est à l'Inter Milan. Avec des amis, il décide de partir quelques jours à Saint-Moritz. Mais contrairement à une idée reçue, tous les Scandinaves ne sont pas forcément des champions sur la neige. "Je n'ai jamais skié de ma vie", explique-t-il. "J'avais l'air complètement ridicule". Repéré par un fan sur un télésiège, Zlatan s'est retrouvé dans une situation plutôt embarrassante. "J'étais une star du sport. Je ne pouvais pas me donner en spectacle comme un bouffon. Mais ce fut pire que ce que je pensais. On se passa le mot. Une foule entière se pointa pour me voir skier". Au lieu de dévaler les pistes sur les fesses, "Ibra" a préféré faire semblant d'ajuster ses fixations pendant de longues minutes pour décourager les curieux…

Ibrahimovic-3

Pas vraiment à l'aise dans les buts. Au tout début de sa carrière, Zlatan est passé par le Balkan club, tout près de Malmö. Un petit club de quartier où Ibrahimovic jouait les caïds. "Pendant un moment, je gardais  les buts". Oui, oui, "Ibra" gardien de but. Mais visiblement, il n'a pas eu la même réussite qu'au poste d'attaquant. "Il y eut un match où j'avais laissé passer un tas de buts et cela me rendait fou". Plutôt que d'encaisser personnellement le coup, le Suédois préférait s'en prendre à ses coéquipiers : "je gueulais aux que ce qu'ils faisaient était naze".