Lavillenie assume son doigt d'honneur

  • A
  • A
Lavillenie assume son doigt d'honneur
@ REUTERS
Partagez sur :

ATHLE - Le champion olympique a adressé un doigt d'honneur à son rival allemand, Björn Otto.

La scène, furtive, n'a pourtant pas échappé à un photographe travaillant pour le quotidien suisse Le Matin. Jeudi, lors du meeting de Lausanne, le perchiste Renaud Lavillenie a adressé un doigt d'honneur à l'un de ses adversaires, l'Allemand Björn Otto. Interrogé à ce sujet, le champion olympique n'a pas renié son geste. "C'est dommage mais c'est un geste d'énervement, ça ne s'adresse pas d'ailleurs vraiment à Otto mais plus à son comportement", a-t-il expliqué. L'athlète tricolore a été contrarié lors de son échauffement. Selon lui, Otto a gêné sa préparation en "passant son temps" à déplacer le petit drapeau indicateur de la force et de la direction du vent que les perchistes placent généralement à mi-course de leur élan pour glaner les dernières infos.

Une histoire de petit drapeaux

Lavillenie et Otto (930x620)

© REUTERS

"Il le plaçait à trois mètres du matelas, ce qui ne nous fournit aucune indication. J'ai donc dû moi-même le déplacer à nouveau au moins trois fois pour m'ajuster, d'autant que les vents étaient tournants", a expliqué Lavillenie. "A un moment, il l'a de nouveau bougé alors qu'il avait bien vu que j'étais en bout de piste, prêt à m'élancer et c'est à ce moment-là que j'ai fait ce geste." Afin d'éviter tout incident, les juges ont décidé dans la foulée d'ajouter un deuxième drapeau indiquant la force du vent, selon le Français. "Ça n'a rien à voir avec le fait qu'on s'entende ou pas avec Otto", a insisté Lavillenie (ici dans les bras de son rival, à Londres, l'été dernier).

"Si Otto avait été champion olympique, je me serai incliné"

Pour autant, le Français entend faire valoir son statut. "Pour être honnête, c'est aussi ma façon de penser qui m'a amené à ce geste d'énervement", insiste-t-il. "Si Otto avait été champion olympique, je me serais incliné. Mais à l'inverse, il a vraiment fait ça volontairement et j'ai pris ça, quelque part, comme un manque de respect." Otto, dauphin de Lavillenie sur les dernières grandes compétitions (JO mais aussi Mondiaux en salle et Championnats d'Europe) sera à nouveau son rival, cet été, lors des Mondiaux en plein air de Moscou.