Jeux paralympiques : il alignait de faux déficients mentaux

  • A
  • A
Jeux paralympiques : il alignait de faux déficients mentaux
@ DR
Partagez sur :

L'équipe de basket d'Espagne avait aligné 10 joueurs non atteints de handicap, en 2000.

En 2000, à Sydney, l'Espagne avait réalisé les meilleurs Jeux paralympiques de son histoire en terminant troisième du tableau des médailles derrière le pays hôte, l'Australie, et le Royaume-Uni avec un total de 107 breloques, dont 39 en or. Parmi ces titres paralympiques, il y en a un qui avait notamment retenu l'attention : celui obtenu par l'équipe espagnole de basket de déficients mentaux.

Le problème est qu'il n'y avait que deux déficients mentaux dans cette équipe, sur douze joueurs. Le scandale avait éclaté quelques mois seulement après les Jeux. Carlos Ribagorda, un membre de l'équipe médaillée d'or, avait avoué dans le magazine Capital ne souffrir d'aucun handicap et indiqué que de nombreux athlètes de la délégation n'en avaient pas non plus. "Des 200 athlètes à Sydney (aux Jeux paralympiques, ndlr) au moins 15 n'avaient aucun handicap mental ou physique. Ils n'ont même pas passé d'examens", avait-il accusé.

150.000 euros de subventions à rembourser

Lundi, treize ans après les faits, Fernando Martin Vicente, président de la Fédération espagnole de sports pour les déficients mentaux, a été condamné par la justice à verser une amende de 5.400 euros et à rembourser près de 150.000 euros de subventions publiques versées par l'Etat pour les athlètes. Martin Vicente, qui avait démissionné de son poste après le scandale, avait accepté "l'entière responsabilité" des erreurs soulignant que l'évaluation des handicaps mentaux état difficile. "Si quelqu'un veut tricher, c'est dur à détecter. C'est facile de faire semblant que tu as peu d'intelligence", avait-il plaidé.

Ribagorda avait joué pour l'équipe espagnole de basket pendant deux ans avant les Jeux de Sydney. Il avait assuré qu'en guise d'examen médical, il n'avait subi qu'un test de pression sanguine après avoir fait six pompes. Outre Martin Vicente, dix-huit autre personnes, dont des membres de l'équipe de basket, étaient également poursuivies mais le tribunal a choisi de ne pas retenir de charges contre elles.