Italie : un csc à 50.000 euros

  • A
  • A
Italie : un csc à 50.000 euros
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le scandale des matches truqués continue d'ébranler le football italien.

L'opération du parquet de Bari a été pour le moins spectaculaire. Lundi, ce sont vingt personnes qui ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur des matches truqués. Parmi ces vingt personnes interpellées, figure notamment Andrea Masiello, défenseur de l'Atalanta Bergame qui évoluait la saison passée à Bari. Selon le parquet, Masiello a avoué avoir marqué un but contre son camp, moyennant 50.000 euros, lors de la défaite contre Lecce (2-0), le 15 mai 2011. "Nous avons obtenu des preuves lors de notre investigation que des promesses (faites avant ce match) ont été transformées en argent à la fin de la partie", a expliqué le procureur de Bari, Antonio Laudati.

Plusieurs matches de Serie A dans le viseur

En dehors de Masiello, huit autres anciens joueurs de Bari font l'objet d'une enquête judiciaire. Le parquet de Bari s'intéresse particulièrement aux rencontres Bari-Genoa (3-0, le 2 mai), Udinese-Bari (3-3, le 9 mai) et Bologne-Bari, lors de la dernière journée (0-4). Bari, dernier, était alors déjà condamné à la relégation avant d'affronter Lecce et Bologne.

L'un des neuf joueurs arrêtés, Marco Rossi, qui joue actuellement pour le club de Cesena, a avoué aux enquêteurs avoir été approché par des supporteurs ultras qui lui demandaient de perdre les matches contre Cesena et la Sampdoria parce qu'ils avaient parié sur la défaite de Bari.

Le scandale du "Calcioscommesse" secoue l'Italie depuis la saison dernière. L'ex-capitaine de l'Atalanta Bergame, Cristiano Doni, a déjà été suspendu trois ans et a avoué son implication. Le club a été sanctionné de six points au classement et le parquet de Crémone promet régulièrement des développements spectaculaires de l'affaire, autour d'autres matches de Serie A...