Il perd un testicule après un match

  • A
  • A
Il perd un testicule après un match
@ DR
Partagez sur :

RUGBY A XIII - Un joueur de Warrington a dû subir l'ablation de son testicule droit après un match.

Le rugby est un sport de contact. Paul Wood, qui évolue au poste très exposé de "prop" dans le championnat de rugby à XIII anglais, en a eu la douloureuse démonstration, samedi dernier, lors de la finale de Super Ligue disputée au stade d'Old Trafford, à Manchester. Sur un ballon porté en tout début de deuxième période, le joueur des Warrington Wolves a reçu un coup de genou dans les testicules. "Ce fut immédiatement douloureux, j'ai souffert", a expliqué Wood, lundi, dans un entretien au quotidien anglais The Daily Telegraph. "Vous savez, quand vous recevez un coup ici, ça fait vraiment mal."

"Comme un très vilain maux d'estomac"

Tellement mal qu'une fracture du testicule droit lui a été diagnostiquée et qu'il a dû subir une ablation pour éviter une infection. Mais, le plus incroyable, c'est que Wood a passé 20 minutes sur le terrain avec un testicule brisé. "L'adrénaline m'a aidé à tenir", a expliqué le joueur, qui n'a rejoint le banc qu'en fin de rencontre. "Quand vous travaillez sept jours par semaine pendant onze mois et que vous êtes arrivés au sommet de votre saison, vous ne pensez même pas à la douleur."

Néanmoins, Wood admet avoir rapidement pris conscience de sa blessure. "Je me disais : ça ne sent pas bon. Ça faisait vraiment mal, comme un très vilain maux d'estomac. Je savais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas avec mes testicules." Avant de se faire examiner, Wood a assisté à la défaite de son équipe face aux Leeds Rhinos (26-18) depuis le banc, s'est douché, changé et a même répondu aux interviews. C'est seulement après qu'il a consulté et twitté ce message ("Je suis à l'hôpital avec une lésion à un testicule ! S'il vous plaît, ne riez pas, c'est très, très, très douloureux ! Et embarrassant.")

Malgré l'ablation d'un de ses testicules, Wood, déjà père de deux enfants, pourra encore procréer. "En fait, le chirurgien m'a dit avant l'opération que mes fonctions vitales n'allaient pas être endommagées, qu'il n'y avait pas à s'inquiéter", a-t-il expliqué. Mais si Wood conservait un mental de fer, c'est avant tout parce que le corps médical lui a assuré qu'il pourrait retrouver les terrains. "Le chirurgien m'a laissé entendre que je ne pourrais pas rejouer avant cinq ou six semaines. Mais c'était le dernier match de la saison, et j'ai cinq semaines de repos de toute façon. Ça devrait être OK quand nous reprendrons l'entraînement de pré-saison en novembre." Pas la moitié d'un guerrier, ce Wood...