Djokovic, la colère bleue

  • A
  • A
Djokovic, la colère bleue
@ REUTERS
Partagez sur :

TENNIS - Le n°1 mondial peste contre la surface mise en place au Masters 1000 de Madrid.

Les joueurs n'étaient pas d'accord sur le principe. Et dans la pratique, c'est encore pire. Depuis le début du Masters 1000 de Madrid, dimanche, la terre battue bleue mise en place pour le tournoi déclenche un flot de critiques parmi les joueuses et joueurs. Le n°1 mondial, Novak Djokovic, qui est entré dans la compétition lundi soir, n'a pas été le dernier à pester contre cette innovation du tournoi madrilène, adoubée par l'ATP. Au sortir de sa victoire, en trois sets, face au qualifié espagnol Daniel Gimeno (6-2, 2-6, 6-3), le Serbe a expliqué ne pas réussir à "se déplacer normalement sur le court central".

Djokovic élimine Gimeno :

"Ce n'est pas du tennis. C'est bien simple, je n'ai pensé qu'à remettre la balle. Soit je viens avec des chaussures de foot, soit je demande des conseils à Chuck Norris !", a tonné "Nole". "Il n'y a aucune similarité avec l'an dernier, c'est beaucoup plus glissant (...) La granulosité de la terre battue bleue et rouge est complètement différente."

Au-delà du choix de la couleur, retenue soi-disant pour le confort des téléspectateurs, c'est la nature du revêtement qui énerve aujourd'hui les joueurs. "Ce n'est pas un problème de couleur, peu importe la couleur... Mais ces courts sont vraiment terribles, on y glisse beaucoup dessus et c'est difficile de contrôler la balle. C'est juste une blague de jouer sur de tels courts dans un gros tournoi comme celui-ci", a relevé le Suisse Stanislas Wawrinka, vainqueur d'Olivier Rochus lundi. C'est pourtant un ancien responsable de l'entretien des courts à Roland-Garros, Gaston Cloup, qui est responsable de cette surface.

Gaston Cloup explique la mise en place de la surface :

Mais ce n'est pas tout, Djokovic a également soulevé le "problème des panneaux publicitaires placés en fond de court", "qui gênent la visibilité". "Je ne veux pas être celui qui se plaint, mais j'ose espérer qu'on aura de sérieuses discussions avec l'ATP", a conclu le Serbe. "La terre battue que vous n'aviez jamais vue auparavant", disait le spot de présentation. Et visiblement celle que les joueurs n'aimeraient pas revoir...