Patinage de vitesse : un ex-entraîneur de la France a voulu truquer une course aux JO 2014

  • A
  • A
Patinage de vitesse : un ex-entraîneur de la France a voulu truquer une course aux JO 2014
L'ancien entraîneur de l'équipe de France avait proposé aux patineurs néerlandais de ralentir à Sotchi, en 2014.@ ADRIAN DENNIS / AFP
Partagez sur :

Alors entraîneur de l'équipe de France de patinage de vitesse, le Néerlandais Jillert Anema avait proposé de truquer une course en faveur des Français aux Jeux de Sotchi, en 2014.

Un coach néerlandais de patinage de vitesse a essayé de truquer une course de poursuite en 2014 lors des Jeux olympiques de Sotchi, où il était alors entraîneur de l'équipe de France, a déclaré le comité olympique des Pays-Bas jeudi.

Entraîneur d'un médaillé néerlandais. "Jillert Anema a fait la proposition le 21 février 2014 de prendre des dispositions pour que les Pays-Bas et la France s'entendent sur le déroulement de la course", a rapporté le comité olympique néerlandais (NOS*NSF) dans un communiqué. Les révélations sur Jillert Anema, qui est aujourd'hui l'entraîneur du patineur néerlandais Jorrit Bergsma, ont été dévoilées alors même que l'équipe des Oranje participait au 10.000 m aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Bergsma, tenant du titre, a décroché la médaille d'argent.

Demande "rejetée d'emblée". Il y a quatre ans, Jillert Anema s'est adressé à son homologue néerlandais pour demander si ses redoutables patineurs pourraient ralentir au premier tour de la poursuite, a expliqué le quotidien de référence De Volkskrant. Jillert Anema s'inquiétait que l'équipe française, affaiblie par la méforme d'Alexis Contin, souffrant d'une maladie de la thyroïde, ne "perde la face et les fonds financiers" en cas de déroute. La demande "avait été rejetée d'emblée", a indiqué le NOS*NSF, qui a envoyé un avertissement écrit à Jillert Anema en mars 2014. 

"Contre les valeurs des Jeux olympiques". "C'était contre les valeurs des Jeux olympiques et contre les valeurs de fair-play et de respect dans tous les sports en général", a déclaré Maurits Hendriks, chef de mission à Sotchi. "Pour l'instant, nous allons en rester là. Nous espérons avoir clarifié les points de vue du comité, et nous espérons que cela ne se reproduira pas", a poursuivi le NOS*NSF.