Paris-Roubaix : Hayman évite les pièges d'une course folle

  • A
  • A
Paris-Roubaix : Hayman évite les pièges d'une course folle
Le peloton s'est déchiré sur les pavés de Paris - Roubaix.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

L'Australien de 37 ans Mathew Hayman signe à 37 ans le plus grand succès de sa carrière devant Tom Boonen, une légende de l'Enfer du Nord.

La ligne d'arrivée tout juste franchie, Mathew Hayman (Orica – GreenEDGE) erre incrédule sur le vélodrome de Roubaix. Au départ de Compiègne, dimanche, personne n'imaginait le vétéran australien triompher de l'Enfer du Nord. Pas même lui. Il a pourtant évité les pièges d'une course folle pour décrocher à 37 ans le plus grand succès de sa carrière.

Tout juste remis d'une fracture du radius subie un mois plus tôt, Hayman s'est jeté à l'attaque dès la première partie de la course. À l'avant tout au long de la journée, il a trouvé les ressources pour dominer le sprint devant Tom Boonen (Etixx – Quick Step), habitué des honneurs d'un vélodrome où il a triomphé quatre fois. Pas cinq.

Une dernière ratée pour Cancellara. Pour le 120e anniversaire de l'épreuve, ses plus grands champions n'étaient pas à la fête. À l'aube de sa retraite, Fabian Cancellara rêvait lui d'un quatrième succès historique sur le vélodrome de Roubaix. Mais l'expérience du Suisse n'a pas suffi à lui éviter les pièges de l'Enfer du Nord. Le public n'a pas pour autant manqué de saluer le départ d'un homme monté six fois sur le podium de la course.

À plus de 100 kilomètres de l'arrivée, Cancellara était déjà piégé au côté de l'autre grand favori Peter Sagan, vainqueur du Tour des Flandres le week-end dernier. Les deux hommes ont longtemps bataillé pour revenir sur la tête de la course. En vain. Et Spartacus a vu tout espoir de briller s'envoler sur une nouvelle chute, à 47 kilomètres de l'arrivée. De dimanche était taillé pour l'audacieux Hayman.