Paris 2024 : "La tendance est bonne" pour Anne Hidalgo

  • A
  • A
Paris 2024 : "La tendance est bonne" pour Anne Hidalgo
Anne Hidalgo et Tony Estanguet sont optimistes pour Paris 2024.@ SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

La maire de Paris assure échanger régulièrement avec son homologue de Los Angeles pour faire avancer la candidature de Paris 2024.

Le Tour de France s’est offert un passage prestigieux dimanche sous la verrière du Grand Palais, avant l’arrivée sur les Champs-Élysées. En plus d’une animation 3D pour promouvoir la candidature de Paris pour les Jeux olympiques de 2024, les membres du comité d’organisation étaient présents à l’intérieur du monument pour applaudir les coureurs. Un beau coup de projecteur sur la candidature parisienne, au moment où les tractations vont bon train avec le rival Los Angeles.

"Aider nos deux candidatures". "Ça discute vraiment. J’ai la chance d’avoir une belle relation avec le maire de Los Angeles, Eric Garcetti. Nous nous sommes beaucoup parlé, encore la semaine dernière", explique Anne Hidalgo, présente également pour remettre le bouquet à Christopher Froome, vainqueur du Tour. "Nous échangeons, nous avons vraiment envie que cette relation d’amitié entre nos deux villes aide nos deux candidatures et le CIO à faire cet accord ‘gagnant-gagnant-gagnant’." La maire de Paris l’assure, il n’y a pas encore eu de contacts physiques, uniquement par mail et téléphone. "Ça discute, ne soyez pas trop impatients ! Les choses vont vraiment avancer dans le courant du mois d’août. La tendance est bonne", conclut-elle en riant.

Continuer à organiser des événements. De con côté, Tony Estanguet, co-Président du Comité de candidature Paris 2024, reste très prudent : "Il faut se méfier, rester froid par rapport à tout ça, ne pas s’emballer. On a déjà été dans une position de favori, on pensait vraiment l’emporter la dernière fois (en 2012, ndlr). Je pense qu’on est très bien positionné, ça sent bon cette histoire mais ce n’est pas fait". L’ancien kayakiste veut que le comité d’organisation reste pleinement mobilisé. "Faisons attention, continuons à organiser nos événements, à mettre la pression. Pour moi, c’est le meilleur moyen que le deal se fasse. Si on est devant au vote (d’attribution, à Lima, le 13 septembre, ndlr), quel que soit le scénario, ça pourrait vraiment inciter Los Angeles à accepter de prendre 2028. De toute façon, on continue à avancer et on est prêt à travailler avec tout le monde", assure le double champion olympique.