OM : quand Tapie, Bernès et Deschamps insultaient Labrune

  • A
  • A
OM : quand Tapie, Bernès et Deschamps insultaient Labrune
Didier Deschamps avec Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus, en 2011. @ ABDELHAK SENNA / AFP
Partagez sur :

Le Canard enchaîné révèle le contenu d'écoutes téléphoniques ordonnées par des juges marseillais, dans lesquelles le président de l'OM en prend pour son grade. 

L'OM, un vrai panier de crabes ? Le Canard enchaîné a révélé mercredi une partie du contenu des écoutes téléphoniques ordonnées par des juges marseillais, dans le cadre d'une enquête sur les transferts douteux de l'Olympique de Marseille. Les enquêteurs ont écouté des dirigeants, des joueurs, ou encore des agents au sujet des transferts douteux du club. Dans ces retranscriptions, l'hebdomadaire raconte l'incroyable ambiance qui règne autour du club phocéen, entre coups bas, injures et menaces.

Lors du passage de Didier Deschamps sur le banc marseillais (2009-2012), une lutte interne faisait alors rage dans les coulisses de l'OM. Les relations entre "DD" et le président du club Vincent Labrune étaient alors très fraîches. Dans ce contexte, Didier Deschamps et son agent, Jean-Pierre Bernès, ou encore Bernard Tapie, l'ancien patron du club, ont tour à tour insulté et employé des mots très durs à l'encontre de Vincent Labrune.

"Il joue au fils de p…", déclare Deschamps. Plusieurs personnalités éminentes du ballon rond s'en donnent à coeur joie, selon les écoutes du Canard. Didier Deschamps, l'actuel coach des Bleus, n'aurait ainsi pas digéré un article sur lui. "DD", alors entraîneur de l'OM (2009-2012), a des mots fleuris pour son ancien président. "C'est une enculerie, j'ai envoyé un scud à Vincent (…) Il a pas réagi, mais il joue au fils de pute, hein ! Je te le dis, c'est lui qui a fait l'article, hein !", a par exemple déclaré Deschamps. De nouvelles révélations embarrassantes pour le sélectionneur des Bleus, soupçonné de recel d'abus sociaux lors de son départ de l'OM.

"Personne n'achètera ce club." L'agent de Didier Deschamps, le puissant Jean-Pierre Bernès, en rajoute lui aussi une couche. "Labrune est aux mains de voyous, tenu par les couilles. Si on joue au con, tu sais, y'a rien qui me fait peur ! (…) Et s'il faut aller dans le mur, j'y vais !", a répondu Bernès à Deschamps. L'agent ajoute également que "personne n'achètera ce club (…) Pour un repreneur, il sait le contexte. (…) Tu vois, c'est un kamikaze qu'il faut, là !". De quoi donner envie à de futurs acheteurs, alors que le club a été récemment mis en vente…

"C'est un enc…" Bernard Tapie, l'ancien patron de l'OM, n'est pas en reste, selon ces écoutes téléphoniques. "C'est un enculé, c'est un petit pédé, c'est rien du tout ! Une truffe intégrale", déclare-t-il au sujet de Labrune. Avant le coup de grâce, asséné par Charles Villeneuve, l'ancien président du PSG et journaliste. "Putain, il faudrait lui mettre une bouteille de Coca dans le cul et lui faire péter le sphincter !", s'est exclamé Charles Villeneuve. Des passages dignes d'une fiction…