OM : des supporters attaquent le club sur le dossier des abonnements

  • A
  • A
OM : des supporters attaquent le club sur le dossier des abonnements
@ AFP
Partagez sur :

Le Club central des supporters, une des principales associations de fans de l'OM, réclame 4 millions d'euros au club pour rupture abusive de relations commerciales. 

INFO EUROPE 1

La reprise en main de la vente des abonnements par l'Olympique de Marseille n'est toujours pas actée. Alors que Vincent Labrune, le président du club phocéen, avançait ces derniers jours qu'un accord avec les supporters était en bonne voie, les négociations ont tourné court. Selon les informations d'Europe 1, le Club central des supporters (CCS), une des principales associations de fans de l'OM, avec 2.500 adhérents, a décidé d'assigner le club devant le tribunal de grande instance de Marseille. Le CCS réclame ainsi 4 millions d'euros pour rupture abusive de relations commerciales. 

Un dossier brûlant. Ce dossier est extrêmement sensible pour l'actuelle direction de l'OM. Vincent Labrune a fait de la reprise en main de la commercialisation des abonnements des virages du stade Vélodrome une priorité. La question est notamment centrale en vue d'une éventuelle revente du club, que la propriétaire Margarita Louis-Dreyfus souhaite toujours opérer.

Depuis 1990, les groupes de supporters revendent eux-mêmes à leurs adhérents les abonnements dans les virages, les tribunes les plus populaires, placées derrière le but. Ce système, principale source de revenus des associations, s'était retrouvé sous le feu des critiques après le match OM-Lyon, interrompu vingt minutes en raison de jets de projectiles sur le terrain. Un rapport des ministère de l'Intérieur et des Sports avait même épinglé cette situation. 

Labrune veut régler le dossier avant OM-PSG. Face à ces critiques, le club avait réagi en annonçant reprendre la "commercialisation intégrale et exclusive" des abonnements des virages du stade Vélodrome. Vincent Labrune espérait régler le dossier avant la réception du PSG, le 7 février prochain. Ce nouveau développement devrait compliquer sérieusement la tâche de la direction phocéenne.