OL : Lacazette-Fournier, je t’aime moi non plus

  • A
  • A
OL : Lacazette-Fournier, je t’aime moi non plus
@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

L’entraîneur de l’Olympique Lyonnais s’expliquera "les yeux dans les yeux" avec son attaquant vedette, auteur d’une sortie remarquée dans l’Equipe, lundi. 

L’été a laissé des traces sur les bords du Rhône. Lundi, la star de l’OL, Alexandre Lacazette, en panne de buts et de confiance depuis le début de la saison, a confié ses états d’âmes au journal L’Equipe. L’attaquant formé à Lyon a notamment dit être "blessé et déçu" par son président Jean-Michel Aulas et regretté le manque de soutien de son entraîneur, Hubert Fournier. Ce dernier lui a répondu, lundi soir. "Sur ses propos, ce que j'aurai à lui dire, je lui dirai les yeux dans les yeux", a répondu, sibyllin, le coach de l’OL. Retour sur la relation d’amour-haine entre les deux hommes.

  • Acte 1 : "Lacazette n’est plus le même".

A quelques heures du match déjà décisif de Ligue des champions contre Valence, mardi soir, cette sortie musclée d’Alexandre Lacazette a agité encore un peu plus l’OL. L’équipe lyonnaise, seulement 8e en Ligue 1, traverse un début de saison chaotique, entre jeu décevant et passes d’armes en coulisses. Car les relations entre l’attaquant et ses dirigeants, et notamment son entraîneur, sont houleuses depuis l’été. Lors de la 3e journée de Ligue 1, après la défaite contre Rennes, Hubert Fournier égratigne de manière surprenante le meilleur buteur et joueur de la dernière saison de Ligue 1.

"On sent bien que ce n’est pas le même Lacazette que la saison dernière", estime le coach rhodanien en conférence de presse d’après-match. Plus étonnant, Fournier semble même légitimer les sifflets du public lyonnais contre le joueur, remplacé à l’heure de jeu après une prestation poussive. "Il manque de mobilité, peut-être à l'image de l'équipe, de générosité dans ses déplacements, dans ses efforts pour le collectif. Je pense que les sifflets sanctionnent plus cette léthargie plutôt que ce qu'il a pu rater."

  • Acte 2 : le penalty de la discorde.

Deux semaines plus tard, l’OL se rend en Belgique, à La Gantoise, pour son premier match de poules de Ligue des Champions.  Lyon concède le nul (1-1), après avoir mené au score et disputé une bonne partie de la rencontre à onze contre dix, puis onze contre neuf. Pour Lacazette, la soirée vire au cauchemar : à deux minutes de la fin, il manque un penalty, symbole de son début de saison sans le moindre but. Comme contre Rennes, Hubert Fournier critique publiquement son joueur.

"L'avenir nous dira si ce penalty manqué par Lacazette pèsera (sur la confiance du joueur). Nous n'avons pas été capables de marquer durant nos temps forts en deuxième période. C'est un regret mais c'est aussi le mérite de La Gantoise. C'est d'autant plus dommageable que Valence a perdu à domicile. Le prochain match à Lyon face aux Espagnols sera déjà très très important", assène-t-il.

  • Acte 3 : une mise au point définitive ?

Muet face aux critiques de la presse et de son entraîneur, Alexandre Lacazette sort de son silence lundi, dans un long entretien à L’Equipe. L’attaquant de l’OL ne manque pas de répondre aux sorties précédentes de son entraîneur. "J'aurais préféré qu'il montre qu'il était derrière moi plutôt que de m'enfoncer encore plus", insiste-t-il alors.

Dans la foulée, Hubert Fournier préfère éviter de répondre publiquement à son joueur. "Sur ses propos, ce que j'aurai à lui dire, je lui dirai les yeux dans les yeux. Nous aurons une discussion. Ce sont des choses que l'on doit se dire entre nous. Je lui dirai de vive voix d'une manière constructive", réplique-t-il. Après des semaines d’incompréhension, l’heure est donc aux explications dans les rangs lyonnais. Il était temps de remettre de l’ordre dans la maison OL.