NBA : le onze de départ des joueurs français

  • A
  • A
NBA : le onze de départ des joueurs français
Nicolas Batum va évoluer cette année sous un nouveau maillot : celui des Hornets.@ STR/AFP
Partagez sur :

PASSAGE AU CRIBLE - La saison de NBA débute mardi soir. Onze joueurs tricolores sont sur la ligne de départ.

Cinq mois jour pour jour après la conquête du titre par les Golden State Warriors aux dépens des Cleveland Cavaliers, la saison NBA reprend ses droits mardi soir. Cette année, le contingent de joueurs français s'élève à onze. Europe 1 vous les présente, avec, pour chacun d'entre eux, l'éclairage du directeur technique national (DTN), Patrick Beesley.



Tony PARKER, San Antonio Spurs, 33 ans. L'année 2015 n'a pas été une grande réussite pour "TP". Les Spurs ont été sortis dès le premier tour des play-offs par les LA Clippers et la France a échoué à la troisième place de l'Euro. Le meneur de revue des Français en NBA entame-t-il ses dernières danses ? L'avis de Patrick Beesley : "Il est moins bien mais ça paraît logique compte-tenu de son âge. Il lui faudra un peu de chance. Sa saison dernière a aussi été un peu pourrie par les blessures. Il faut espérer qu’il soit en pleine capacité physique. Mais je pense que le jeu "à l’américaine" le remettra d'aplomb. Ce sera plus facile pour lui que pendant le dernier Euro."

Boris DIAW, San Antonio Spurs, 33 ans. Même franchise, même sélection et donc même sanction pour "Bobo", qui n'a pas réussi lui non plus un Euro très convaincant avec les Bleus. Il va de plus devoir faire face à une concurrence accrue chez les Spurs. L'avis de Patrick Beesley :"Boris, ça va être un peu compliqué car il y a eu un gros recrutement aux Spurs, avec notamment l'arrivée de LaMarcus Aldridge, mais Boris a une telle expérience, une telle analyse et une telle connaissance du jeu que je ne me fais pas trop de souci pour lui."

Nicolas BATUM, Charlotte Hornets, 26 ans. Après six années en dents de scie à Portland, "Batman" a pris son envol pour les Charlotte Hornets, franchise qui appartient à un certain Michael Jordan. En dedans lors du dernier Euro. L'avis de Patrick Beesley :"On attend beaucoup de lui. A Charlotte, il va être sur le devant de la scène, c'est une bonne chose. C'est lui la star maintenant. C'est une belle opportunité pour lui d'être un leader offensif. Ça va le responsabiliser."

Joakim NOAH, Chicago Bulls, 30 ans. Contrariée par des pépins physiques, la saison 2014-15 du pivot des Bulls n'a pas été une franche réussite. "Jooks" doit en plus faire avec la concurrence d'un certain Pau Gasol, extraordinaire à l'Euro. L'avis de Patrick Beesley : "Il a eu cinq mois de vacances, donc c’est logique qu’il entame la saison sans bobos (sourires). Il est capable au sortir du banc d’être efficace. Il n’a pas besoin de 10 minutes, et cela va être une de ses forces. Mais comme Tony (Parker), il va falloir passer entre les gouttes au niveau des blessures pour être efficace à 100%."

Rudy GOBERT, Utah Jazz, 23 ans. Contreur et rebondeur d'exception, le géant tricolore a incontestablement franchi un palier lors de sa deuxième partie de saison avec le Jazz. Très performant aussi avec les Bleus, l'été dernier. L'avis de Patrick Beesley : "Il a changé de dimension, mais l’an passé, il n’était pas ciblé. Il a surpris un peu tout son monde. Cette année, la situation change : il va avoir les meilleurs défenseurs du monde sur lui. C’est un challenge qui l’excite. Cela va lui permettre de hausser encore son niveau. Il est attendu au tournant. S’il est en capacité de dominer cette année encore la division Northwest, là rien ne l’arrêtera."

Evan FOURNIER, Orlando Magic, 22 ans. Partie sur de bonnes bases, la première saison de Fournier en Floride s'est achevée avec son lot de blessures et une fréquentation plus assidue du banc. Le nouvel entraîneur du Magic, Scott Skiles, compte sur lui. L'avis de Patrick Beesley :"Il a été 'reboosté' avec l’Euro, mais au Magic, il y a du monde. Il ne craint rien, il aime se lancer des défis comme Joffrey (Lauvergne). Et c'est dans la difficulté qu’il arrive à montrer sa vraie valeur."

Ian MAHINMI, Indiana Pacers, 28 ans. Le départ de Roy Hibbert aux Los Angeles Lakers ouvre des perspectives au pivot tricolore. A lui de les saisir dans une équipe des Pacers qui a échoué à la porte des play-offs la saison dernière. L'avis de Patrick Beesley :"Il a une carte à jouer avec le départ d'Hibbert. Mais la place de titulaire qui l'attend, c’est à double tranchant, il va falloir la justifier."

Kévin SÉRAPHIN, New York Knicks, 25 ans. Après quatre saisons à Washington, l'ancien pivot de Cholet a choisi le défi des Knicks, qui restent sur la plus mauvaise saison de leur histoire. Il espère avoir du temps de jeu dans la "Grosse Pomme". L'avis de Patrick Beesley :"C’est un peu compliqué pour lui. Il reste sur deux saisons où il n’a pas pu beaucoup s’exprimer, il doit y avoir du doute. Et là, il débarque dans une franchise "compliquée". C’est l’inconnu, je ne sais pas s’il va pouvoir briller dans cette équipe, mais je le lui souhaite."

Alexis AJINÇA, New Orleans Pelicans, 27 ans. Forfait pour l'Euro, le pivot des Pelicans s'est une nouvelle fois blessé en préparation et devrait manquer les deux premières semaines de compétition. Cela ne devrait pourtant pas remettre en cause son rôle de rotation n°1 derrière la star des Pelicans, Anthony Davis. L'avis de Patrick Beesley : "Il est voué à être le remplaçant de Davis. Il va donc falloir que dans les quelques minutes qui lui seront accordées, il soit à la hauteur. Offensivement, il va devoir mettre des points et être un relais efficace..."

Joffrey LAUVERGNE, Denver Nuggets, 24 ans. Arrivé dans le Colorado en février dernier, l'ancien intérieur de Chalon doit encore gagner du temps de jeu dans une équipe des Nuggets en reconstruction. Il s'est montré à son avantage avec les Bleus lors de l'Euro. L'avis de Patrick Beesley : "Il n’y a pas trop de spécialistes à son poste à Denver. Il n’a peur de rien. C’est quelqu’un qui fonctionne avec des défis. Certains doutaient sur le fait qu’il soit fait pour jouer pivot, mais cela va le galvaniser."

Damien INGLIS, Milwaukee Bucks, 20 ans.C'est le dernier petit "Frenchie" de la NBA. Drafté en 2014, il n'a pas joué la moindre rencontre la saison dernière en raison d'une blessure tenace à une cheville. Le jeune ailier, passé par Roanne en 2013-14, cherchera à se mettre en évidence quand il en aura l'occasion. L'avis de Patrick Beesley : "C’est un 'prospect'. Il n’a pas pu encore jouer à cause de blessures, sa présaison a été encourageante (23 points et 15 rebonds en 3 matches), il va découvrir la NBA, ce sera une saison d’apprentissage."