Route du Rhum : Yann Guichard termine deuxième

  • A
  • A
Route du Rhum : Yann Guichard termine deuxième
Yann Guichard a bouclé la Route du Rhum en un peu plus de 8 jours à bord de son voilier géant.@ MAXPPP
Partagez sur :

PARI RÉUSSI - Pour sa deuxième participation, le marin a mis un peu plus de 8 jours pour rallier Point-à-Pitre à bord de son voilier de 40m.

Pari réussi pour Yann Guichard. A la barre du plus grand multicoque de course au monde, le trimaran Spindrift 2 (40 m), le marin a franchi lundi en fin d'après-midi la ligne d'arrivée de la 10e Route du Rhum entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, quelques heures à peine après Loïck Peyron.

>> LIRE AUSSI - Loïck Peyron : "l'arrivée, c'était du délire"

Un homme sur un monstre. Faisant taire les critiques qui jugeaient impossible de mener seul un monstre conçu pour un équipage d'une quinzaine de personnes,  Yann Guichard a non seulement traversé l'Atlantique mais fait mieux que Franck Cammas, vainqueur de la Route du Rhum en 2010. Sur le plan physique, la performance est remarquable. Guichard, 40 ans, a passé la ligne d'arrivée à 14h18 locales (19h18 heure de Paris), après 08 j 05 h et 18 min de mer depuis Saint-Mal. Cammas, autre surdoué d'une voile française décidément riche en talents océaniques, avait mis 9 j 03 h et 14 min pour boucler le même parcours.

"Un exploit considérable". Loïck Peyron, qui est arrivé lundi à 00h08 locales (05h08 heure de Paris) après 7 j 15 h et 08 min de course, avait dédié sa victoire à Guichard, qui a réalisé selon lui "un exploit considérable, énorme". Guichard a parcouru 4334 milles à la vitesse moyenne de 21,96 noeuds et termine 14 h 10 min derrière Peyron. Spindrift 2 est l'ancien Banque Populaire V, un plan VPLP avec lequel... Peyron et son équipage avaient remporté le Trophée Jules-Verne en 45 j 13 h 42 min en 2012. Sur ce multicoque surpuissant, capable de vitesses supérieures à 45 noeuds, chaque manoeuvre -prise de ris, virement de bord ou empannage -est un (long) calvaire.

"Jamais aussi loin dans la souffrance". "Je ne suis jamais allé aussi loin dans la souffrance", a affirmé Guichard en arrivant à la darse de Pointe-à-Pitre, ajoutant qu'il "ne repartirait pas" pour une course en solo sur ce bateau et qu'il était "assez épuisé". "Je suis fier, a-t-il ajouté. Je croyais à mon projet, même s'il était complexe, difficile. Je savais que je pouvais" le faire. "Être là, à Pointe-à-Pitre, c'est fantastique !" Guichard a révélé avoir eu un "petit pépin" le 2e jour de course lorsqu'il a perdu l'usage de l'un de ses deux pilotes automatiques. "J'étais stressé à l'idée de perdre le 2e", a-t-il poursuivi.

Sébastien Josse, à la barre d'un autre trimaran (Edmond de Rothschild/21m de long), devrait prendre la 3e place de la course, partie le 2 novembre de Saint-Malo. Il était attendu vers 01h00 mardi heure locale (06h00 heure de Paris).