Affaire des paris : "l'esprit d'équipe de l'escroquerie"

  • A
  • A
Affaire des paris : "l'esprit d'équipe de l'escroquerie"
@ Philippe RIOU/AFP
Partagez sur :

HANDBALL - Le parquet de Montpellier a eu des mots très durs envers les 17 personnes mises en examen dans le cadre de l'affaire des paris truqués.

"L'esprit d'équipe de l'escroquerie." C'est par cette expression que le parquet définit le comportement des joueurs du Montpellier Handball mis en examen dans l'affaire des paris illicites avant le match à Cesson, le 12 mai 2012. "De toute évidence, les joueurs concernés avaient poussé leur esprit d'équipe, clé de voûte de leurs très nombreux succès sportifs de l'époque, jusqu'à concevoir et commettre en équipe une tricherie ayant pour objet d'escroquer la Française des Jeux", écrit le procureur de la République Patrick Desjardins dans son réquisitoire de 79 pages. Le parquet de Montpellier a demandé vendredi le renvoi en correctionnelle de l'icône du handball français Nikola Karabatic, champion du monde avec les Bleus au Qatar, et des 16 autres personnes mises en examen dans cette affaire.

>> LIRE AUSSI : Paris suspects en handball : un renvoi en correctionnelle demandé

Montpellier à Cesson (960x640)

© P.Riou/AFP

"Le respect des consignes". Pour le parquet, même si certains joueurs (les frères Karabatic, Samuel Honrubia et Mladen Bojinovic), n'ont pas participé au match en cause, il n'en sont pas moins responsables. "De toute évidence, en tant que leaders charismatiques, Mladen Bojinovic, relayé par les frères Karabatic, avaient donné leur aval en acceptant de se compromettre dans ce projet", assure le magistrat, qui considère que la réussite de l'entreprise vient du fait que chacun a respecté "à la lettre, comme dans tout sport d'équipe, les consignes données".

Les paris, qui se sont élevés à 103.100 euros à la cote de 2,9 contre 1, portaient sur le résultat à la mi-temps (15-12) du match Cesson-MAHB, finalement perdu par le club montpelliérain, déjà sacré champion de France. Beaucoup de joueurs, à l'exception de Nikola Karabatic, Issam Tej et Dragan Gajic, ont reconnu les paris mais nié avoir triché. "Malgré les charges accablantes réunies par les enquêteurs mettant en évidence une escroquerie d'envergure, les mis en examen ont pour la plupart adopté une attitude de dénégation très peu convaincante", estime le parquet, qui considère que "la notion d'équipe soudée" se vérifie également dans la défaite...