WTCC, le nouveau défi de Sébastien Loeb

  • A
  • A
WTCC, le nouveau défi de Sébastien Loeb
@ REUTERS
Partagez sur :

NOUVEAU DÉPART - La saison 2014 de WTCC débute samedi avec le premier Grand Prix à Marrakech.

A partir de samedi débute le Championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC, World Touring Car Championship, dans la langue de Shakespeare, ndlr), à Marrakech, au Maroc. Et l’attraction de cette neuvième édition est (toujours) française. Mais, cette fois, les regards ne seront pas tournés vers Yvan Müller, quatre fois champion de la spécialité, mais du côté de… Sébastien Loeb.

Loeb, le novice. On l’avait quitté, les roues dans les graviers alsaciens, pour son ultime sortie en WRC.

 
WTCC
Depuis, Sébastien Loeb, nonuple champion du monde en rallye, a tourné la page pour ouvrir un tout autre chapitre, celui du WTCC. "Pour moi, c’est un nouveau challenge, un nouvel objectif", explique l’originaire de Haguenau au micro Europe 1. "Dix ans de championnats du monde des rallyes, et là me reconvertir dans un autre championnat du monde, c’est un enjeu sympa." Malgré son expérience en matière de pilotage automobile, il va découvrir un nouveau monde : des circuits en ville - c’est le cas de celui de Marrakech -, et vingt concurrents à ses côtés prêts à jouer des coudes (et des pare-chocs) pour décrocher la victoire. Bref, tout ce qui fait le charme des courses en circuit.
Sébastien Loeb au côté de la Citroën WTCC

Conduire autrement. Et pour un pilote habitué à parcourir des spéciales seul - ou du moins avec son copilote - sur la piste, c’est un changement notable. "Ce n’est pas facile, contrairement à ce que les gens peuvent penser. Quand on vient du rallye, il y a beaucoup de choses à apprendre", concède avec humilité celui qui conduira une Citroën M43 conçue spécialement pour le Championnat WTCC.

Le projet Citroën M43:



"C’est une autre façon de piloter. Il y a beaucoup moins d’improvisation. Il faudra apprendre à conduire au millimètre, il y aura la bagarre en peloton qu’il va falloir gérer. C’est un tas de nouveautés qui m’oblige à m’impliquer et j’essaie de me préparer au mieux, on verra ce que ça donnera", analyse Loeb. Et l'Alsacien, 40 ans, ne devrait pas se tenir qu’au WTCC. Après s’être essayé au 24 Heures du Mans ou encore au mythique Pikes Peak, des rumeurs évoquent également une participation au Dakar 2016. La retraite n’est donc pas pour tout de suite…

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

RALLYE - Loeb rêvait d'un autre final

VIDÉO - Avec Loeb à Pikes Peak

COCORICO - Peugeot, le retour du "Made in France" au Dakar