Wiggins, la victoire à 50 km/h

  • A
  • A
Wiggins, la victoire à 50 km/h
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Bradley Wiggins a écrasé le dernier contre-la-montre du Tour de France, à Chartres.

Supersonique "Wiggo". Le leader de l'équipe Sky a évolué sur une autre planète, samedi, sur les 53,5 kilomètres reliant Bonneval à Chartres. Le maillot jaune s'est imposé en 1h4'13", à la moyenne horaire de 50 km/h. Sa victoire et cette moyenne, impressionnantes, n'en sont pas pour autant surprenantes. Double champion olympique en titre de poursuite, "Wiggo" a trouvé sur ce dernier chrono un terrain à sa convenance, très roulant et sans aucune difficulté. Comme à Besançon, lors du premier contre-la-montre de ce Tour, Wiggins devance son coéquipier, compatriote et dauphin, Christopher Froome, qu'il distance de plus d'une minute (1'16"). L'Espagnol Luis Leon Sanchez (Rabobank) a pris la troisième place à un peu moins de deux minutes du maillot jaune (+1'50"). Jérémy Roy (FDJ-BigMat) termine dixième et premier Français de cette avant-dernière étape (+3'05").

Wiggins 2 21.07

© REUTERS

Wiggins 3 21.07

© REUTERS

Le poing levé. A l'arrivée, Wiggins a brandi le poing droit avec rage et véhémence. Sans doute une façon de réaffirmer son autorité sur le Tour et dans son équipe... Sur le podium, c'est un "Wiggo" moins hargneux et plus soulagé que l'on a retrouvé. "Je ne peux pas expliquer comment je me sens", a-t-il soupiré au micro de France 2. " Les dernières dix bornes, je savais que j'étais devant. Tout le travail, les déceptions, toute l'année depuis Paris-Nice, toutes les questions sur "est-ce que je suis en forme trop tôt ?", et  aujourd'hui, on en est là." Là, c'est-à-dire à 120 kilomètres de devenir le premier Britannique à remporter le Tour de France, dimanche, sur les Champs-Elysées.

Rolland 8e, Pinot 10e. Les deux coureurs français qui jouaient placés au classement général ont réussi leur objectif, à savoir conserver leur place dans le Top 10. Pierre Roland, âgé de 25 ans, reste huitième pour sept petites secondes seulement devant le Slovène Janz Brajkovic (Astana). "Il y a peu de gens qui donnaient cher de ma peau avec les 110 kilomètres du chrono avant le Tour", a confié Rolland au micro de France Télévisions. "Je sors grandi et j'ai prouvé qu'on pouvait compter sur moi dans le futur." Le futur appartient aussi à Thibaut Pinot, 22 ans. Lui aussi a conservé son strapontin dans le Top 10, devant l'Allemand Andreas Klöden (Radioshack). "Deux victoires d'étape, une place dans le Top 10, c'est super pour moi et pour toute l'équipe", a-t-il reconnu.

Cadel Evans (930x620)

© Capture d'écran France 2

Evans à l'envers. Le vainqueur du Tour 2011, l'Australien Cadel Evans, avait déclaré à l'issue de l'étape de Bagnères-de-Luchon, mercredi, que son Tour était "fini". Il n'avait pas menti. L'ancien champion du monde a terminé 52e de l'étape, samedi, à 5'54" de Wiggins, glissant de la 6e à la 7e place au classement général. Il a même été doublé à 20 kilomètres de l'arrivée par son propre coéquipier, Tejay van Garderen, 5e du Tour, pourtant parti trois minutes derrière lui (photo)...

Sörensen, le super combatif. Le Danois Chris Anker Sörensen (Saxo Bank) a été désigné coureur le plus combatif du Tour de France 2012. Il a notamment devancé le Français Thomas Voeckler (Europcar), vainqueur de deux étapes et du maillot blanc à pois rouges. Présent dans un grand nombre d'échappées, Sörensen a également été récompensé pour son courage. Alors qu'il était une nouvelle fois à l'avant de la course, vendredi, le coureur danois s'était gravement blessé à deux doigts en essayant d'enlever un journal bloqué dans sa roue tout en roulant. Il est allé au bout de l'étape avant d'être opéré le soir même à Toulouse. Et de repartir le lendemain...