Wiggins a-t-il (déjà) tué le tour ?

  • A
  • A
Wiggins a-t-il (déjà) tué le tour ?
@ REUTERS
Partagez sur :

L'Anglais capitalise 1'53 d'avance sur son premier poursuivant Cadel Evans. Un matelas confortable.

Bradley Wiggins a fait plus que consolider ses ambitions sur le Tour lundi. Il a presque assommé ses adversaires. En remportant haut la main le premier contre-la-montre de l’édition 2012, le Britannique de 32 ans a prouvé qu'il serait très difficile à battre sur cette Grande boucle et se pose, plus que jamais, en favori numéro un du Tour.

Dans le chrono entre Arc-et-Senans et Besançon, comptant pour la 9e étape, Bradley Wiggins, a avalé les 41,5 kilomètres du parcours à la vitesse moyenne de 48,4 km/heure. Une performance qui lui a permis, outre d’empocher sa première victoire d'étape sur le Tour, de mettre tous ses rivaux à distance.

Seuls Evans et Nibali peuvent l’inquiéter

A l'issue de ce contre-la montre, seuls trois coureurs sont à moins de trois minutes de Bradley Wiggins. Au classement général, le triple champion olympique précède désormais Cadel Evans de 1'53''. Vainqueur l'an dernier, l’Australien devra sortir du bois pour conserver son titre. Car, Cadel Evans, peu coutumier des offensives, ne pourra pas se contenter d'attendre une défaillance de son rival. "On a perdu du temps, mais il reste des étapes pour passer à l'offensive" a prévenu John Lelangue, son directeur sportif au sein de l'équipe BMC.

Autre prétendant à la bagarre finale, Vincenzo Nibali pointe lui à la quatrième place du classement général à 2'23’’. Le coureur de Liquigas, vainqueur du Tour d’Espagne en 2010, ambitionne de venir jouer les trouble-fêtes. Surnommé "le Requin de Messine",  l’Italien pourrait bien détenir la clé du Tour, à condition d’avoir les jambes pour suivre ses envies en montagne.  

Une équipe redoutable et un parcours favorable

Mais, d’ici à l’arrivée sur les Champs-Elysées le 23 juillet, Bradley Wiggins peut compter sur de nombreux atouts. A commencer son équipe Sky, qualifiée de "Galactiques du vélo" par les observateurs. Le Londonien s'appuiera sur son compatriote Christropher Froome, actuellement troisième du classement général, à la faveur de son excellent chrono lundi (2e à 35’’ de Wiggins). Wiggins pourra aussi compter sur Mark Cavendish ou Edvald Boasson Hagen, autres ténors de l’armada Sky.

Autre facteur important à mettre au crédit de Bradley Wiggins, le parcours de ce Tour de France. L'avant-dernière étape du Tour sera un contre-la-montre entre Bonneval et Chartres de 53,5 km, sans la moindre bosse. Au vu de ce qu’il a montré lundi, Bradley Wiggins pourrait se contenter d’attendre cet ultime chrono pour enfoncer le clou.

D'autant que le Britannique, qui avait terminé 4e en 2009 avant de décevoir en 2010 et 2011, affiche un mental d'acier. "Je suis confiant parce que je sais que j'ai fait le travail qu'il fallait faire", a-t-il souligné après sa victoire d'étape. "Je suis dans la forme de ma vie. Etre en tête n'est plus un poids psychologique".