Valverde, le retour du banni

  • A
  • A
Valverde, le retour du banni
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - L'Espagnol, suspendu deux ans entre 2009 et 2011, s'est imposé à Peyragudes.

Valverde reverdit. Six jours après la victoire du Britannique David Millar (Garmin-Sharp), un autre coureur suspendu deux ans pour dopage au cours de sa carrière, Alejandro Valverde, a réussi à s'imposer, jeudi, à Peyragudes. L'Espagnol, absent des deux derniers Tours, avait été suspendu entre 2009 et 2011 suite à l'affaire de dopage sanguin Puerto. Le leader de l'équipe Movistar a choisi la deuxième étape pyrénéenne, et la proximité de l'Espagne, pour briller. Membre de l'échappée du jour, le vainqueur du Tour d'Espagne 2009 s'est isolé en tête dans les derniers kilomètres de la montée du Port du Balès. Il a ensuite résisté aux attaques dans le peloton maillot jaune pour remporter sa quatrième étape sur le Tour, sa première depuis 2008. Et encore, cette année-là, il n'avait pas levé les bras mais profité du déclassement à Super-Besse de l'Italien Riccardo Ricco, contrôlé positif à l'EPO Cera.

Valverde remporte la 17e étape en solitaire :

Valverde en larmes

© Capture d'écran France 2

Des larmes à l'arrivée. Pour sa cinquième victoire de la saison, Valverde a laissé échapper quelques larmes. "Ça a été un Tour très difficile pour moi", a confié sur France 2 celui qui a chuté à deux reprises lors de la première semaine, abandonnant toute prétention au classement général. "Et l'objectif que nous avions avec l'équipe, une victoire d'étape, on l'a réalisé."

Wiggins et Froome 19.07

© MAXPPP

Le cirque des Sky. Bis repetita. Comme à La Toussuire, il y a pile une semaine, le final de l'étape a été marqué par un tour de passe-passe entre les deux premiers du classement général : Bradley Wiggins et Christopher Froome. Le maillot jaune a roulé pour son équipier au pied de la dernière montée. Puis Froome a distancé son leader dans les derniers kilomètres, en essayant de revenir sur Valverde ou/et de distancer Vincenzo Nibali, lâché à l'arrière. Ne voyant plus Wiggins dans sa roue, Froome s'est ostensiblement relevé à deux reprises, dont une fois en communiquant avec son oreillette. Etonnant et frustrant.

Wiggins et Froome 19.07

© REUTERS

Wiggins voit les Champs. Pour la première fois depuis le début du Tour, Wiggins a admis qu'il tenait le bon bout, à trois jours de l'arrivée sur les Champs-Elysées. "Je n'étais pas trop fatigué, je me sentais très, très bien aujourd'hui (jeudi)", a-t-il convenu à l'arrivée. "J'ai vu que Nibali n'était pas bien et j'ai déjà commencé à ma famille, à tous ceux qui ont rendu cette victoire possible." Les accélérations de Froome ? "J'étais déjà un peu ailleurs", a confié Wiggins. Le leader de l'équipe Sky va gagner le Tour. C'est logique. Mais ce n'était sans doute pas lui le plus fort.

Nibali se relève puis cède. Les Liquigas, qui ont roulé toute la journée, étaient visiblement motivés pour remporter cette étape. Leur leader, Nibali, a d'abord "fait la descente" de la première difficulté, le col de Menté, et même rejoint le groupe de tête. Mais sa présence devant condamnait à coup sûr l'échappée à l'échec. Valverde est donc allé lui parler. Nibali, qui n'avait pas réussi à prendre plus d'une trentaine de secondes d'avance sur le groupe maillot jaune, s'est alors relevé... avant de craquer dans la dernière montée. Il finit 7e de l'étape, à 18 secondes de Wiggins, mais loin devant Cadel Evans, qui a a encore perdu 1'51" au général mais qui a gagné une place (de 7e à 6e) en raison de la défaillance d'Haimar Zubeldia (Radioshack).

Pinot et Rolland, le duo d'enfer. La France tient deux coureurs qui vont pouvoir jouer le podium dans les années à venir. Car quand le duo britannique des Sky a mis en route dans le col de Peyresourde, un duo français s'est accroché à leurs roues, avec Pierre Rolland (Europcar) et Thibaut Pinot (FDJ-BigMat), déjà vainqueurs d'étape sur ce Tour. "Je voulais améliorer mon classement général et assurer le maillot de Thomas", a confié Rolland sur France 2. Les deux choses sont faites puisque Rolland est désormais 8e du classement. Quant au cadet du Tour, il a eu le culot d'attaquer les meilleurs et termine quatrième de l'étape à trois secondes seulement du duo Froome-Wiggins.

Voeckler à pois rouges

© MAXPPP

Les pois rouges pour Voeckler. Vainqueur à Bagnères-de-Luchon jeudi, Voeckler était encore dans la bonne échappée du jour. Son but était le même que la veille : récupérer des points pour le maillot blanc à pois rouge du classement de la montagne. Le leader de l'équipe Europcar a "fait le boulot", en sprintant en haut des trois premières difficultés de la journée, le col de Menté, le col des Ares et la côte de Burs. De quoi s'assurer un matelas de points suffisants pour être assuré de fêter son maillot sur les Champs-Elysées, dimanche. "Je suis parti avec une calculette dans la tête", a-t-il admis à l'arrivée sur France 2. "A la fin, j'ai monté même plus lentement qu'à l'entraînement." Histoire de profiter pleinement de ce maillot à pois, que son équipier Anthony Charteau avait déjà remporté il y a deux ans.