Un Pinot jeune et savoureux

  • A
  • A
Un Pinot jeune et savoureux
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Thibaut Pinot, 22 ans, a remporté dimanche la 8e étape du Tour de France.

Pinot 08.07

© REUTERS

Un Français vainqueur en Suisse. La première victoire française sur le Tour de France 2012 est donc venue du plus jeune coureur du peloton : Thibaut Pinot, 22 ans et 1 mois. Déjà 15e samedi, tout près de chez lui, au sommet de la Planche des Belles Filles, le grimpeur de la FDJ-BigMat a réalisé un grand numéro, dimanche, vers Porrentruy, en Suisse, en remportant une étape dès son premier Tour. Parti dans un groupe de contre à 75 kilomètres de l'arrivée, Pinot a déposé le coureur de tête, le Suédois Fredrik Kessiakoff (Astana), dans le dernier kilomètre de l'ultime difficulté du jour (la septième !), le col de la Croix, avant d'achever l'étape en roulant les 16 derniers kilomètres seul devant. Du bon Pinot !

Pinot remporte la 8e étape du Tour :



La fête à Thibaut. Le jour de la Saint Thibaut, son directeur sportif et ses coéquipiers lui ont fait sa fête. "C'est un bon moment, on gagne une étape avec le plus jeune du Tour", a souligné au micro de France Télévisions le manager de la FDJ-BigMat, Marc Madiot. "On voulait le réserver un petit peu, mais on sait que c'est un coureur qui peut réussir dans les grands Tours." Initialement, Pinot ne devait pas courir le Tour, mais la Vuelta, en septembre. "J'ai un peu insisté", a reconnu le héros du jour. "Cette victoire, je la dois à Anthony Roux, qui a roulé jusqu'au pied de la dernière difficulté." Cette victoire de Pinot, c'est donc avant tout un succès d'équipe, comme l'ont montré les scènes de joie à l'arrivée : un Madiot déchaîné et des équipiers ivres de joie.

Evans et Wiggins 08.07

© REUTERS

Le panache de Van den Broeck et d'Evans. Lors d'une étape courte et "casse-pattes", les choses sérieuses n'ont débuté que dans la dernière difficulté pour les favoris. Et c'est le Belge Jürgen van den Broeck, victime d'une chute samedi, qui a mis le feu en accélérant dans le col de la Croix. Le leader de la Lotto-Belisol a également mené grand train dans la descente finale, avec un Cadel Evans (BMC) qui s'est également fait remarquer avec une petite banderille. Mais le maillot jaune, Bradley Wiggins (Sky), quatrième de l'étape derrière un autre Français, Tony Gallopin (Radioshack-Nissan), n'a jamais véritablement été mis en danger, notamment en raison de la présence à ses côtés de son compatriote Christopher Froome, porteur du maillot à pois.

Rendez-vous est pris. Les trois favoris du Tour - Wiggins, Evans et Vincenzo Nibali (Liquigas) - sont inséparables depuis le prologue. Avant le premier contre-la-montre de ce Tour, lundi, entre Arc-et-Senans et Besançon, long de 38 kilomètres, Wiggins possède 10 secondes d'avance sur Evans et 16 sur Nibali. "On a le chrono demain (lundi) et ça, c'est ma spécialité", a déclaré "Wiggo" sur France Télévisions. "Et la victoire finale, c'est l'objectif des deux semaines restantes." Ces adversaires sont (une fois de plus) prévenus. Cet homme-là est prêt.

Un champion olympique au tapis. Cette 8e étape a encore fait des victimes. L'Espagnol Samuel Sanchez (Euskaltel) a été violemment projeté au sol lors d'une chute après une soixantaine de kilomètres. Victime d'une fracture du poignet, Sanchez, en pleurs, a été contraint d'abandonner. Il sera probablement forfait pour la course en ligne des Jeux olympiques, dont il est le tenant du titre.

Sanchez chute lourdement :