Un entraîneur condamné pour pédophilie

  • A
  • A
Un entraîneur condamné pour pédophilie
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT US - Jerry Sandusky a écopé d'une peine maximale de 60 ans de prison, mardi.

"Pas moins de 30 ans, pas plus de 60 ans." Voilà la peine à laquelle l'ancien entraîneur de l'équipe de football américain de l'université de Penn State a été condamné, mardi, à Bellefonte. Etant donné que Sandusky est âgé de 68 ans, cela équivaut à une peine d'emprisonnement à vie. En rendant son verdict, le juge John Cleland a d'ailleurs souligné que cette sentence signifiait "sans erreur possible que vous passerez le reste de votre vie en prison". Sandusky était accusé d'avoir agressé sexuellement au moins dix garçons, parfois très jeunes, dont son fils adoptif, sur une période de 14 ans, entre 1994 et 2008.

Jerry Sandusky avec sa femme (930x620)

© REUTERS

L'ex-entraîneur (ici avec sa femme Dottie en décembre 2011) avait mis en place un programme à destination de jeunes défavorisés et c'est par ce biais qu'il avait rencontré ses victimes. Plusieurs ont raconté en détail lors du procès les attouchements ou viols commis, quelquefois sous la douche, par celui qui était pour beaucoup de ces garçons un substitut de figure paternelle. Les révélations de ces pratiques avaient entrainé l'hiver dernier une série de démissions au sommet de la prestigieuse université de Penn State, dont celle du légendaire Joe Paterno, décédé en janvier d'un cancer.

>> A lire : Une légende du foot universitaire à terre

Lors d'une déclaration prononcée avant que le verdict ne tombe, l'ancien entraîneur assistant, dont les avocats ont annoncé leur intention de faire appel, avait une fois de plus clamé son innocence, sans adresser d'excuses aux victimes. Avant même l'audience finale de mardi, Sandusky avait publié lundi un communiqué mettant en doute la crédibilité de ses accusateurs. "Ils sont le produit de beaucoup d'expériences et de rencontres avec d'autres gens qui n'ont rien à voir avec moi", avait-il assuré. Sandusky avait été reconnu coupable en juin dernier de 45 des 48 chefs d'accusation retenus contre lui.