Un baiser à la russe contre Poutine ?

  • A
  • A
Un baiser à la russe contre Poutine ?
@ REUTERS
Partagez sur :

ATHLE - Les relayeuses russes du 4x400 se sont embrassées sur la bouche pour célébrer leur médaille d'or.

L'INFO. Geste politique ou simple marque d'amitié ? Les relayeuses russes du 4x400 m dames ont célébré leur médaille d'or fraichement acquise samedi lors des mondiaux d'Athlétisme à Moscou, en s'embrassant sur la bouche sur le podium. Un geste qui devrait alimenter la chronique puisqu'il intervient alors que la compétition a été marquée par un fond de polémique liées à la loi "anti-gay" promulguée en juin dernier par le président russe Vladimir Poutine.

>> La scène, sous les yeux du monde entier :

Vers un boycott de Sotchi ? Ce texte, jugé discriminatoire par beaucoup de défenseurs des droits de l'homme, a suscité des appels au boycott des JO d'hiver de 2014 à Sotchi, nombre de militants redoutant que la loi ne soit utilisée pour réprimer les homosexuels.

Les propos choquant d'une championne russe. Jeudi, la perchiste russe Yelena Isinbayeva, médaillée d'or  lors de ces mondiaux et future maire du village olympique des JO, avait elle-même choqué par une déclaration dans laquelle elle abordait cette loi. "Tout le monde doit suivre cette loi", avait-elle indiqué. "Les relations sont privées, ça ne doit pas être montré en public et ça ne peut pas être respectable en Russie", avait poursuivi l'emblématique championne. "Nous sommes inquiets pour notre nation car nous nous considérons comme des gens 'normaux'. Chez nous, une relation, c'est entre un homme et une femme" [...] nous n'avons jamais connu ces problèmes en Russie et nous ne voulons pas en avoir dans le futur".

Isinbayeva fait une pause

© Reuters

Devant le tollé provoqué par cette déclaration, l'athlète est revenue sur ses propos dès le lendemain en expliquant avoir été  "mal comprise" car l'anglais n'est pas sa première langue. "Je suis opposée à toute discrimination contre les homosexuels, qui se base sur la sexualité", a-t-elle corrigé.