Tsonga tombe sur Murray

  • A
  • A
Tsonga tombe sur Murray
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Comme en 2011, Tsonga échoue en demies de Wimbledon. Murray affrontera Federer.

Tsonga 1 06.07

© REUTERS

Tsonga parti de trop loin. Jo-Wilfried Tsonga ne disputera pas dimanche sa deuxième demi-finale en Grand Chelem après l'Open d'Australie 2008. Le Français a été battu vendredi par le Britannique Andy Murray (6-3, 6-4, 3-6, 7-5). Le Manceau a a mis trop de temps à entrer dans sa partie et a rapidement été mené deux sets à rien après un peu plus d'une heure de jeu seulement. Inefficace sur sa deuxième balle (aucun point gagné dans le deuxième set), il a souffert de la réussite de Murray (2 points concédés sur son service dans ce set, une seule faute directe). Par la suite, Tsonga, revigoré, est totalement revenu dans la partie en remportant le troisième set. Mais, au bout d'une quatrième manche homérique, où les deux joueurs ont multiplié les plongeons sur le gazon, "Jo" a fini par céder son dernier jeu de service sur un dernier retour gagnant sur la ligne (et validé par la vidéo, photo). Comme en 2011, où il avait été battu par Novak Djokovic, Tsonga échoue à une marche de la finale à Wimbledon. Compte tenu de sa blessure au petit doigt contractée juste avant le tournoi, sa performance est porteuse d'espoirs.

Tsonga à terre 06.07

© REUTERS

Murray dans l'histoire. Andy Murray a enfin franchi le cap qui le séparait d'une finale à Wimbledon. L'Ecossais, qui restait sur trois demi-finales infructueuses, a cette fois réussi à décrocher le précieux sésame. "Je suis soulagé et excité à la fois. C'était très serré dans les deux derniers sets, nous avons eu tous les deux nos chances", a reconnu le n°4 mondial. "A 4-4, il a eu des balles de break mais j'ai réussi à tenir. Il a commencé à mieux servir et à faire des volées incroyables à partir du troisième set, même en plongeant parfois.". L'Ecossais réussit là où l'Anglais Tim Henman, quadruple demi-finaliste lui aussi, a toujours échoué. Il devient le premier Britannique en finale de Wimbledon la défaite de Bunny Austin en... 1938 ! Mais celui que Murray espère rejoindre dans la légende dimanche, c'est Fred Perry, dernier vainqueur britannique à Wimbledon, en 1936. Pour cela, il devra battre le sextuple vainqueur de l'épreuve, Roger Federer.

Roger Federer, vainqueur de Novak Djokovic (930x620)

© REUTERS

Federer et Djokovic 06.07

© REUTERS

Federer, la huitième. Roger Federer a pris sa revanche. Un mois après avoir été battu par Novak Djokovic en demi-finales de Roland-Garros, le Suisse a dominé le n°1 mondial en quatre sets et 2h19', vendredi, en demi-finales de Wimbledon (6-3, 3-6, 6-4, 6-3). Federer met fin à une série de trois défaites consécutives contre le Serbe, qui l'avait dominé à Roland-Garros, le mois dernier, mais également en demi-finales du Masters 1000 de Rome, en mai, et de l'US Open, en septembre 2011. Grâce à ce succès, Federer atteint la finale de Wimbledon pour la huitième fois de sa carrière (six victoires de 2003 à 2007 et 2009, une défaite en 2008 face à Rafael Nadal) et tentera dimanche de décrocher un septième titre, à Londres, face au vainqueur de la demi-finale Murray-Tsonga.

Federer 1 06.07

© REUTERS

Le "grand match" de Federer. "Je suis content, j'ai fait un grand match", s'est félicité Federer. "J'ai joué un fantastique tennis aujourd'hui (vendredi). (...) La clé du match s'est situé dans la troisième manche." Sans aucun doute. Après deux premiers sets très rapides, où les deux joueurs ont tenu leur service, la troisième manche a fait monter la température, avec quelques échanges incroyables. Le match a finalement basculé sur le service de Djokovic, à 5-4 pour Federer, lorsque le Serbe a manqué un smash qui a offert deux balles de set à son adversaire. Sur la deuxième, le Suisse a su saisir sa chance pour conclure. Sur un smash.

"Fed" protégé du toit. La pluie s'étant invitée, vendredi, en début d'après-midi, la première demi-finale s'est disputée sous le toit du Centre Court, dans des conditions indoor. Or, ces derniers mois, Federer a particulièrement brillé en salle, avec des titres à Bâle, au Masters 1000 de Paris-Bercy, à la finale de la Masters Cup et au tournoi de Rotterdam. Vendredi, son service et son coup droit ont fait merveille, notamment dans le premier set, le plus abouti des quatre pour le Suisse.

Federer, objectif 17e. S'il venait à l'emporter dimanche, Federer rejoindrait Pete Sampras avec sept titres. Mais il distancerait encore un peu plus l'Américain dans les livres d'histoire en décrochant un 17e titre du Grand Chelem (4 Open d'Australie, 1 Roland-Garros, 7+1 Wimbledon, 5 US Open). Federer retrouverait également une place de n°1 mondial, ce qui lui permettrait également de rejoindre Sampras à ce classement spécifique. En effet, l'Américain possède le record du nombre de semaines passées en tête du classement ATP avec 286. Federer s'était arrêté à 285 en juin 2010.