Tour : Rui Costa a trouvé le bon Gap

  • A
  • A
Tour : Rui Costa a trouvé le bon Gap
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le coureur portugais de l'équipe Movistar s'est imposé en solitaire, mardi, à Gap.

Rui Costa, vainqueur sur le Tour (930x620)

© MAXPPP

Le flingueur* : C'était une étape taillée pour lui. Le double vainqueur du Tour de Suisse, le Portugais Rui Costa, a trouvé un terrain à sa mesure, mardi, lors de la 16e étape du Tour de France qui reliait sur 148 kilomètres Vaison-la-Romaine à Gap, sur un parcours accidenté sans être extrêmement montagneux. Le coureur de l'équipe Movistar, membre d'une échappée fleuve de 26 coureurs, a choisi les premiers kilomètres de la dernière difficulté de la journée, le col de Manse, pour placer une attaque décisive. Rui Costa, qui fut contrôlé positif en juin 2010 à un produit interdit, le methylhexanamine, s'impose pour la deuxième fois sur le Tour de France après sa victoire en 2011 au sommet de Super-Besse.

Celui qui a mis la barbiche : Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale) a remporté le sprint à Gap devant deux autres Français, Arnold Jeannesson (FDJ.fr) et Jérôme Coppel (Cofidis). Oui, mais voilà, ce sprint que Riblon a remporté, c'était pour la deuxième place seulement. "J'ai essayé, je voulais former un petit groupe", a confié sur France Télévisions Coppel, qui a été un des premiers à rejoindre Blel Kadri, autre coureur tricolore qui avait tenté de se faire la belle. "On était un petit groupe derrière (avec Riblon, Jeannesson et l'Allemand de Radioshack-Leopard, Andreas Klöden). L'entente était bonne mais Rui Costa était simplement plus fort." Ces trois nouvelles places d'honneur viennent s'ajouter à d'autres, alors qu'on attend toujours une victoire française lors de cette 100e édition. Mais, s'il n'est pas Français, le vainqueur du jour n'en est pas moins populaire. Le coureur portugais est un en effet celui qui reçoit le plus de courriers sur ce Tour...

Contador sur le Tour 2 (930x620)

© MAXPPP

Celui qui a tâté le bitume : Malgré ses 4'25" de retard sur Chris Froome au classement général, Alberto Contador ne semble pas avoir totalement résigné. le double vainqueur du Tour s'est en effet offert quelques accélérations dans la montée du col de Manse mais n'est parvenu à prendre qu'une dizaine de mètres tout au plus sur le Maillot Jaune. Pas refroidi pour autant, le leader de la Saxo Bank a dévalé la descente à corps perdu et a fini par tâter le bitume au détour d'un virage. "Le sol était très difficile, le vélo m'a échappé", a expliqué sur France 2 le "Pistolero", qui s'en est mieux sorti que son compatriote espagnol Joseba Beloki qui, en 2003, avait perdu tout espoir de remporter le Tour dans cette descente vers Gap, forçant Lance Armstrong (l'ancien septuple vainqueur, souvenez-vous) à faire du hors piste. Contador, lui, s'en est sorti avec quelques éraflures. Et gageons que le Madrilène passera à nouveau à l'offensive, dès jeudi, sur les pentes de l'Alpe d'Huez.

La locomotive : Chris Froome pensait sans doute passer une journée plus tranquille, mardi. Mais le Maillot Jaune a été bousculé dans la montée du col de Manse, d'abord par le rythme des Katusha de Joaquin Rodriguez puis par les accélérations des Saxo Bank de Contador et du Tchèque Roman Kreuziger. Serein, le leader de la Sky a bénéficié du travail de son coéquipier de luxe, l'Australien Richie Porte, qui l'a ramené dans les roues du "Pistolero", à peine détaché. C'est finalement dans la descente que "Froomy" s'est fait le plus peur, en mettant pied à terre derrière Contador qui venait de chuter. "Saxo Bank, Alberto Contador et (Roman) Kreuziger ont pris des risques dans la descente, peut-être un peu trop", a insisté le Britannique, visiblement irrité. "Ils n'attaquent pas dans les montées, mais ils attaquent dans les descentes." Ce qui, mardi, ne fut pas tout à fait vrai quand même...

Le dico du parler sport (930x620)

© Ed.Fetjaine

*La plupart de ces expressions, entendues dans le milieu cycliste, sont attestées par le Dico du parler sport, 2011, éditions Fetjaine.