Tour : dimanche Martin, Porte à la rue

  • A
  • A
Tour : dimanche Martin, Porte à la rue
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - La deuxième étape pyrénéenne a été remportée par l'Irlandais Daniel Martin.

Froome sur le Tour (930x620)

© REUTERS

Celui qui a coulé une bielle* : Impressionnant samedi dans l'étape menant vers Ax-3Domaines et deuxième du classement général, l'Australien Richie Porte a totalement dévissé, dimanche, lors de la 9e étape qui reliait Saint-Girons à Bagnères-de-Bigorre. Le lieutenant de Christopher Froome a sauté dans la deuxième des cinq difficultés de la journée, le col de Menté, laissant le Maillot Jaune étonnamment esseulé dans le groupe des favoris. Cela n'a pas empêché Froome de contrôler facilement la situation. En revanche, Porte a sans doute perdu tout espoir de terminer sur le podium, lui qui avait terminé deuxième du Critérium du Dauphiné derrière son leader.

Celui qui a pédalé dans l'huile : Au terme d'une étape partie sur les chapeaux de roue, marquée par le rapide isolement de Froome, deux coureurs se sont disputés la victoire : l'Irlandais Daniel Martin (Garmin-Sharp) et le Danois Jakob Fuglsang (Astana). A la pédale, le premier nommé n'a laissé aucune chance au second, nettement battu au sprint. Le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège s'impose pour la première fois sur les routes du Tour de France. C'est une belle récompense pour lui, mais également pour son équipe, la Garmin-Sharp, qui a secoué le peloton d'entrée dimanche avec Ryder Hesjedal.

Martin domine Fulgsang au sprint :

La locomotive : Quatre coureurs Movistar suivis du seul Maillot Jaune. Pendant un instant, les esprits distraits, qui suivent de loin les choses du cyclisme, ont pu penser que Christopher Froome était désormais membre de l'équipe espagnole. Que nenni. Les coéquipiers de Valverde, qui ont roulé dès le col de Menté, ont profité de leur présence en nombre à l'avant pour distancer définitivement Porte de la course au podium. En revanche, ils n'ont pas réussi à maîtriser les débats dans la montée de la Hourquette d'Ancizan, laissant Martin et Fulgsang se faire la belle à l'issue d'une intense course de mouvements.

Les Français : Cela va devenir une catégorie à part. Toujours présents, souvent à l'attaque, les Français sont en revanche rarement à l'arrivée. Pierre Rolland (Europcar) et Romain Bardet (AG2R-La Mondiale) ont animé la course mais n'ont, , une fois de plus, pas réussi à aller au bout. Comme samedi, c'est Jean-Christophe Péraud (AG2R-La Mondiale) qui réalise la meilleure performance avec une 18e place. Il est le seul Tricolore à être arrivé avec les favoris, en compagnie de son coéquipier Hubert Dupont. Rolland, lui, a encore perdu plus de sept minutes sur Froome. Quant à Thibaut Pinot, il a rallié l'arrivée dans l'autobus, concédant 25 minutes sur le leader. Après neuf jours de course, on attend toujours une victoire ou même un coup d'éclat français...

Le dico du parler sport (930x620)

© Ed.Fetjaine

*La plupart de ces expressions, entendues dans le milieu cycliste, sont attestées par le Dico du parler sport, 2011, éditions Fetjaine.