Tour de France : un Maillot jaune si entaché

  • A
  • A
Tour de France : un Maillot jaune si entaché
Alberto Contador et Lance Armstrong, deux vainqueurs déchus parmi d'autres.@ REUTERS
Partagez sur :

La destitution d’Armstrong s’ajoute à une très longue liste d’affaires ayant touché le Tour de France.

Le Tour de France n’avait probablement pas besoin d’un scandale de plus. Le séisme Armstrong, convaincu de dopage par l’Agence américaine anti-dopage et probablement bientôt privé de ses sept victoires, vient entacher un peu plus la réputation et le palmarès de la plus prestigieuse course à étapes au monde. Un peu plus, car avant et après le champion américain, le dopage avait rattrapé plusieurs porteurs du maillot jaune, pendant la course ou des années plus tard.

>> A lire aussi : à qui iront les titres d’Armstrong ?

Le cyclisme d’aujourd’hui est ainsi fait qu’un vainqueur du Tour de France doit s’attendre, s’il n’a pas la conscience tranquille, à être rattrapé de longues années après son sacre. Dans l’histoire récente, c’est Bjarne Riis qui a inauguré cette triste série. Vainqueur en 1996, le grand  Danois a survolé les étapes de montagne, gagnant ainsi dans le peloton le doux sobriquet de "M. 60%", en référence à son taux d’hématocrite. Aujourd’hui, un taux supérieur à 50% vaut à un coureur d’être immédiatement suspendu.

Bjarne Riis

© REUTERS

Acculé par les révélations d’ex-soigneurs et d’anciens coéquipiers comme Erik Zabel, Bjarne Riis, les larmes aux yeux, avoue finalement le 25 mai 2007 s’être dopé à l’EPO lors du Tour 1996. Il déclare à cette occasion ne plus être digne de figurer au palmarès. Après avoir un temps affirmé sa volonté d’effacer Riis des tablettes, ASO, l’organisateur de la Grande Boucle y renonce finalement pour des raisons juridiques.

Le palmarès du Tour de France 1997 n’a pas été non plus effacé. Pourtant, le podium de cette édition est tristement éloquent : Jan Ullrich devant Richard Virenque et Marco Pantani, tous trois convaincus de dopage dans les années suivantes.  La performance de l’Allemand, vainqueur avec plus de 9 minutes d’avance sur le Français, alors chouchou du public, avait notamment suscité nombre d’interrogations.

ullrich-virenque

© REUTERS

Marco Pantani

© REUTERS

Des interrogations qui trouveront une part de réponse en 1998, la dernière année pré-Armstrong. 1998, c’est l’année de l’affaire Festina, c’est aussi l’année de Marco Pantani. De cette édition, deux événements rentreront dans les mémoires : les larmes de Virenque au moment du retrait de son équipe, et l’ahurissante montée de l’Alpe d’Huez de Pantani, qui battit le record de l’ascension en 37’35’’.  L’année suivante, au tour d’Italie, il sera contrôlé positif, puis une nouvelle fois deux ans plus tard. Devenu accroc aux substances illicites, il meurt d’une overdose de cocaïne en février 2004. Il reste inscrit au palmarès du Tour de France. 

Les larmes de Richard Virenque (à partir d'1'30):

Après le septennat Armstrong (1999-2005) , c’est un autre Américain qui l’emporte et se présente en vainqueur aux Champs-Elysées en 2006. Mais quatre jours plus tard, Floyd Landis est contrôlé positif à la testostérone. Après de longs mois, et même de longues années de déni, il reconnaît le 20 mai 2010 s’être dopé tout au long de sa carrière. Il deviendra même l’un des témoins à charge contre son ancien coéquipier de l’US Postal Lance Armstrong.

Floyd Landis

© REUTERS

Michael Rasmussen et Alberton Contador

© REUTERS

L’édition 2007 du Tour de France n’échappe pas non plus au scandale. C’est cette fois un autre Danois, Michael Rasmussen, qui défraie la chronique. Imperturbable en montagne malgré la piqûre d’une guêpe au visage et les assauts d’un certain Alberto Contador, le coureur de la Rabobank survole les débats. Mais son impression de facilité dérange.

A quatre jours de l’arrivée, il est finalement exclu par son équipe pour avoir menti sur sa préparation. En septembre, L’Equipe révèle que des traces d’EPO ont été retrouvées dans ses urines. Cette même année 2007, le Tour est frappé par les contrôles positifs de l’Allemand Patrik Sinkewitz, du Kazakh Alexandre Vinokourov et de l’italien Cristian Moreni. C’est finalement Alberto Contador qui s’impose.

Riccard Ricco

© REUTERS

L’édition 2008 se révèlera particulièrement fournie. Les Espagnols Beltran et Duenas sont ainsi pris les premiers par la patrouille. Suivront le Kazakh Fofonov et surtout l’Italien Ricco. Vainqueur des 6e et 9e étapes, meilleur jeune, le "Cobra" est contrôlé positif au Cera, une EPO de troisième génération. Il est exclu de la compétition, finalement remporté par l’Espagnol Carlos Sastre devant son compatriote Valverde et l’Allemand Kohl. Ce dernier se verra finalement privé de sa place sur le podium en septembre, après de nouvelles analyses, qui confondent également son coéquipier Stefan Schumacher.

En 2009, échaudée, l’organisation du Tour de France choisit la prévention. Alejandro Valverde, pris dans l’affaire Puerto, et le sprinteur belge Tom Boonen sont interdits de départ. Et de fait, seuls l’Espagnol Astarloza et l’Italien Pellizotti seront contrôlés positifs, a posteriori. Alberto Contador l’emporte pour la deuxième fois, devant Andy Schelck et un certain Lance Armstrong, de retour aux affaires après trois ans de retraite. ASO soupire et pense enfin avoir bouclé un Tour à peu près propre. Le répit sera de courte durée.

Car une nouvelle dois, le Tour 2010 est entaché. La course en elle-même se passe bien, le duel Schleck-Contador tient toutes ses promesses, et c’est finalement l’Espagnol qui passe la ligne d’arrivée en vainqueur. Mais trois mois plus tard, le 30 septembre 2010, l’annonce du contrôle positif de Contador fait l’effet d’une déflagration. Du clenbutérol a été retrouvé sans son organisme. L’Espagnol se défend en évoquant un steak contaminé, mais son explication fait plus sourire qu’elle ne convainc. Après de longs mois de procédure, Contador est destitué le 6 février 2010 de sa victoire. Andy Schleck est finalement déclaré vainqueur.

Il s’agit pour l’heure du dernier gros scandale lié au dopage pour le Tour de France. Les victoires de Cadel Evans en 2011 et de Bradley Wiggins en 2012 n’ont pas fait l’objet de controverses et de suspicions. Du moins pour l’instant.