Tour : avec Trentin, l'Italie a le sourire

  • A
  • A
Tour : avec Trentin, l'Italie a le sourire
Matteo Trentin (Omega Pharma) a réglé un groupe d'échappés dont le Français Julien Simon s'était extrait dans le final.@ Max PPP
Partagez sur :

Le Français Julien Simon, seul en tête dans les derniers kilomètres, n'a été rejoint que sous la flamme rouge.

L'INFO. Il a manqué 1 km à Julien Simon pour offrir à la France sa première victoire dans cette édition 2013. Mais dans la dernière ligne droite, le coureur de l'équipe Sojasun, parti dans une échappée en début de course avec 18 coureurs, s'est fait "manger" sur la fin par Matteo Trentin de l'équipe Omega Pharma. Le cycliste italien a remporté d'une roue cette 14e étape du Tour de France samedi entre Saint-Pourçain-sur-Sioule et Lyon devant le Suisse, Michael Albasini (Orica-GreenEdge) et l'Américain, Andrew Talansky (Garmin-Sharp). De quoi redonner le sourire à l'Italie qui n'avait plus gagner sur la Grande boucle depuis 2010.

trentin 930

© Capture France 2

Celui qui a mis la barbiche* : Matteo Trentin. C’est une étape vallonnée qui convenait parfaitement aux baroudeurs. Sous une chaleur qui a dépassé toute l’après-midi les 30 degrés, et après une étape de folie vendredi, le peloton a "somnolé" (environ 45 km/h de moyenne). Devant, 18 coureurs. Jusqu'ici, aucune échappée au long cours n’est arrivée au bout dans cette édition 2013. Mais samedi, les coureurs ont montré l’envie de ferrailler. D’abord quatre coureurs puis 14 autres se sont postés à l’avant sous l’effet du bon travail des Euskaltel-Euskadi et des Lampre-Merida. Parmi eux, quatre Français, le champion de France, Arthur Vichot (FDJ.fr), Cyril Gauthier (Europcar), Julien Simon (Sojasun), Blel Kadri (AG2R La Mondiale) ou bien encore le vétéran Jens Voigt (Radioshack), ainsi que David Millar (Garmin). Et l’écart n’a cessé d’augmenter pour se porter à six minutes à l'entrée de l'agglomération lyonnaise. Au bout du suspens, c'est Trentin, l'un des membres du "train" du Britannique Mark Cavendish, qui a enlevé d'une roue son premier succès dans le Tour auquel il participe pour la première fois. Un quatrième victoire pour son équipe Omega Pharma. "J'ai toujours eu une bonne pointe de vitesse et, en travaillant pour Mark, on apprend beaucoup pour le sprint", a souri l'Italien

Une performance qui a tiré les larmes au "Cav" :



julien simon sojasun 930

© Max PPP

Le flingueur* : Julien Simon. C'est dans la côte de la Duchère (4e catégorie), l'avant dernière difficulté de la journée, que Julien Simon de l'équipe Sojasun tente un coup de poker. Dans la descente, il se lance et espère que cela suffira pour l'emporter. Derrière, le groupe de 18 coureurs s'est assuré un avantage supérieur à six minutes sur le peloton à l'entrée de l'agglomération lyonnaise et peut donc se projeter sereinement sur la victoire d'étape. Le coureur Breton a pris une vingtaine de secondes d'avance sur ses 18 poursuivants dans la dernière côte (la Croix-Rousse) et a résisté le long des quais du Rhône. Les tentatives (Kadri, Van Garderen, Burghardt) ont échoué derrière lui. Bouche ouverte, Julien Simon craque finalement dans "l'interminable" avenue Jean-Jaurès... à moins d'un kilomètre de la ligne. Frustrant. "Je suis déçu mais il fallait essayer. Qui ne tente rien n'a rien", a réagi le coureur de l'équipe Sojasun, qui a longtemps paru être en mesure d'ouvrir le compteur de victoires des coureurs français.

sky team bandeau 930.310

© Max PPP

Ceux qui ont pédalé dans l'huile* : les Sky. Après la démonstration vendredi de la Saxo-Bank autour d’Alberto Contador, l'équipe Sky, qui avait laissé se faire reprendre une minute à leur leader, a passé une journée tranquille à l’avant du peloton. Les coureurs ont imprimé un bon rythme pour ouvrir la route au favori de la Grande boucle, Chris Froome. Le maillot jaune a franchi la ligne au sein du peloton, à plus de sept minutes des échappés. "Une étape tranquille ? Non, ça n'existe pas dans le Tour", a répliqué, de sa voix douce, le maillot jaune. "Les 80 premiers kilomètres ont été assez intenses, ce n'était pas facile. Après, les équipiers ont contrôlé", a-t-il ajouté. Tout le monde a déjà les yeux tournés vers l’ascension du mont Ventoux dimanche. Surtout Froome : "ça sera brutal, il n'y a pas d'autre mot. Il y aura des écarts."

Le classement général :

classement tour de france 930.400

© Tour de France

*La plupart de ces expressions, entendues dans le milieu cycliste, sont attestées par le Dico du parler sport, 2011, éditions Fetjaine.