Tour 2014 : les premiers indices

  • A
  • A
Tour 2014 : les premiers indices
@ REUTERS
Partagez sur :

CYCLISME - Le parcours du Tour de France 2014 sera rendu public, mercredi, au Palais des Congrès.

Le mois de juillet commence mercredi. On ne fait pas allusion ici aux températures flirtant voire dépassant les 20°C dans l'Hexagone mais à la présentation, mercredi midi, au Palais des Congrès de Paris, du parcours du Tour de France 2014. L'organisateur de la course, ASO, a pris soin de ne rien révéler de concret sur cette carte du Tour, en dehors du lieu du Grand départ, la Grande-Bretagne. Mais, d'infos confirmées en rumeurs persistantes, on a déjà une bonne idée de ce à quoi va rassembler la 101e édition de la Grande Boucle.

Londres Tour 2007 (930x620)

© REUTERS

Un petit Tour d'Angleterre. Après les paysages idylliques de la Corse pour la 100e édition, le Tour a décidé de remettre le cap au Nord. Et très au Nord même puisque le peloton s'élancera depuis Leeds, dans le Yorkshire, pour le départ le plus septentrional de l'épreuve. Le Tour était déjà parti de Grande-Bretagne, et plus précisément de Londres, en 2007. Ce lieu de départ tombe à point, alors que les deux derniers vainqueurs de l'épreuve, Bradley Wiggins et Christopher Froome, sont deux sujets de sa très Gracieuse Majesté. Et ce n'est pas une, ni deux, mais trois étapes qui auront lieu de l'autre coté du Channel, avec Leeds-Harrogate, York-Shedffield et Cambridge-Londres pour finir. Compte-tenu des tracés, relativement plats, on tient déjà un favori : le sprinteur Mark Cavendish, qui aura à coeur de briller à domicile.

Contador sur le Tour 2010 (930x620)

© REUTERS

Grande Guerre et pavés. Fort logiquement, l'arrivée sur le territoire français se fera via le Nord du pays avec, pour la deuxième étape continentale, un départ depuis la ville belge d'Ypres. Celle-ci n'a pas été choisie au hasard. Il s'agit pour l'organisation du Tour de participer à sa manière aux commémorations du centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Ypres, située en Flandre occidentale, fut en effet le théâtre de combats extrêmement violents. Les coureurs pourraient également passer par la ville de Ploegsteert, autre lieu symbole de la Grande Guerre. A l'hommage rendu aux soldats et victimes du premier conflit planétaire, s'ajoutera un réel piment sportif. En effet, les coureurs devraient emprunter plusieurs secteurs pavés, avant une arrivée jugée, comme en 2010, à Arenberg, porte du Hainaut.

Froome sur le Tour 2012 (930x620)

© REUTERS

Les Vosges en entrée. Chaque année, la question est la même : quel massif entre les Pyrénées et les Alpes aura la primeur d'ouvrir les hostilités ? Réponse : aucun des deux. Les organisateurs ont en effet choisi d'opter pour une troisième carte, avec les Vosges, qui seront traversées à la fin de la première semaine de course. Après un détour quasi acté à Gérardmer, les coureurs achèveront leur passage dans le massif vosgien avec l'ascension de la Planche des Belles Filles, un lieu que connaît bien le tenant du Tour, Christopher Froome, qui s'y était imposé en 2012. Message aux coureurs français : on sera le 14 juillet. Cinq jours plus tard, la ville de Grenoble devrait selon toute vraisemblance accueillir le départ d'une grande étape alpestre en direction de Risoul. Cette étape devrait notamment passer par le mythique col de l'Izoard.

Armstrong sur le Tour 2000 (930x1240)

© REUTERS

Des Pyrénées gonflées. Comme ce fut déjà le cas cette année, le Tour devrait réserver une dernière semaine très montagneuse. Après les Alpes en 2013, les Pyrénées seront cette fois à l'honneur. Après une première arrivée à Bagnères-de-Luchon, la deuxième étape pyrénéenne devrait s'achever au Pla d'Adet, que le Tour n'a plus escaladé depuis 2005, avec une victoire au sommet de George Hincapie, alors équipier de Lance Armstrong, qui allait décrocher cette année-là son septième et dernier Tour... Les souvenirs d'Armstrong, toujours, puisque le lendemain, le Tour devrait relier Pau à Hautacam, là où "LA" avait écrasé le Tour en 2000 (photo). Cette étape fera la part belle aux grimpeurs puisque, outre l'ascension finale, elle passera par le Tourmalet. Ce devrait être également "l'étape du Tour 2014", ouverte aux cyclos de France et de Navarre.

Indurain sur le Tour 1994 (930x620)

© REUTERS

Et un chrono (le seul ?) pour finir. Confirmant une tendance des grands Tours actuels, les contre-la-montre devraient être réduits à la portion congrue. Un seul, même, pourrait être au programme, peut-être entre Bergerac et Périgueux. Ce serait le remake de celui de 1994 (tiens, tiens, il y a 20 ans), remporté par Miguel Indurain (tiens, tiens, qui fêtera ses 50 ans quelques jours auparavant). Disputé le samedi précédant l'arrivée sur les Champs-Elysées, ce chrono d'une cinquantaine de kilomètres fournirait le terrain idéal à une éventuelle dernière grande explication entre les candidats à la victoire finale. Le suspense, toujours !

>> A LIRE : Ces projections résultent en bonne partie du travail du site velowire.com qui, chaque année, met à jour le parcours au gré des dernières informations ou rumeurs. A suivre comme un feuilleton !

>> A VOIR : A signaler également le bon esprit de l'organisation du Tour, qui a joué le jeu des fausses (et des vraies) pistes en publiant sur Twitter des photos de lieux qui seront traversés en 2014.