Handball : France-Slovénie, un quart pour voyager loin

  • A
  • A
Handball : France-Slovénie, un quart pour voyager loin
@ Karim JAAFAR/AL-WATAN DOHA/AFP
Partagez sur :

RETROUVAILLES - Les Bleus affrontent mercredi une équipe de Slovénie qu'ils connaissent bien.

Après avoir archi-dominé l'Argentine, lundi, en huitièmes de finale (+13), l'équipe de France retrouve la Slovénie, mercredi soir, à Doha, en quarts de finale du championnat du monde de handball. Sur le papier, les Bleus, champions d'Europe en titre, sont favoris face à une équipe moins physique et moins expérimentée, qui compte dans ses rangs pas moins de huit joueurs évoluant dans le championnat de France.

Europe 1 radio officielle du Mondial de handball au Qatar. Europe1 vous fait vivre le quart de finale Slovénie-France en direct mercredi soir de 19h à 20h45 :
>Sur Europe1 (match commenté en direct et en intégralité)
 >Sur Europe1.fr (live vidéo à suivre ici : http://www.europe1.fr/direct-video )
 >Sur le compte Twitter @Europe1Sport

Rejoindre le dernier carré. En cas de victoire, mercredi, sur la Slovénie, la France rejoindrait le dernier carré pour la onzième fois en treize grandes compétitions, une constance au sommet qui forcerait le respect. Après un premier tour piano piano, les Bleus ont passé la surmultipliée en fin de match contre la Suède puis contre l'Argentine. Sur les soixante-dix dernières minutes disputées (les dix dernières de Suède-France et le match contre l'Argentine), les Bleus présentent ainsi un différentiel de buts de +18. Attention, néanmoins, ce dernier carré, la Slovénie connaît aussi. Il y a deux ans, les frères Zvijez et leurs coéquipiers avaient terminé 4es du Mondial en Espagne après avoir été éliminés en demies par la Croatie.

>> LIRE AUSSI : Quatre bonnes raisons de suivre Slovénie-France

Se qualifier pour le TQO. Ce serait le deuxième effet d'un succès mercredi contre la Slovénie : la France se qualifierait pour le tournoi de qualification olympique (TQO). En effet, celui-ci est réservé aux équipes terminant de la 2e à la 7e place. Or, en se qualifiant pour le dernier carré, les Bleus seraient assurés de la 4e place au minimum. Dans la perspective du TQO, une défaite ne serait pas pour autant rédhibitoire : il faudrait alors gagner un des deux matches de classement contre deux autres des équipes éliminées en quarts de finale. Seule l'équipe championne du monde est qualifiée directement pour les Jeux olympiques. Ce n'est pas interdit non plus.

Confirmer la montée en puissance. Le sélectionneur des Bleus, Claude Onesta, l'a reconnu. Dans ce Mondial, "On a vu toutes les équipes, d'une manière ou d'une autre, en difficulté, ou momentanée ou plus récurrente, donc on est exactement dans la logique des autres équipes, qui continuent à avancer". "On est à l'heure où on espérait être et plutôt en bonne condition, pas de joueurs blessés, pas de difficultés ni de circonstances aggravantes, on est bien en place", a insisté le coach des Bleus, pour lequel toutes les étoiles semblent alignées pour s'inviter une fois de plus dans le Top 4. Il faut rappeler néanmoins que la Slovénie, déjà battue deux fois depuis le début du tournoi, avait surpris les Bleus en Golden League, en avril 2014 (27-26). Alors méfiance...

>> LIRE AUSSI : Slovénie-France, un quart entre amis

Remettre les stars en confiance. Si l'équipe de France a tourné à plein régime durant le match contre l'Argentine, ce n'est pas encore le cas de toutes ses stars et notamment de Nikola Karabatic. Le demi-cente tricolore a surtout été en vue pour ses fautes. En six matches, il a déjà été sanctionné de huit exclusions de deux minutes - dont deux, notamment, contre l'Albiceleste - et a même été exclu pour une simulation lors du seul accroc des Bleus dans ce Mondial, le match nul concédé face à l'Islande au premier tour (29-29). Sur les deux derniers matches, le joueur du Barça n'a marqué qu'un seul but en six tentatives (0/5 contre la Suède, 1/1 face à l'Argentine). Or, s'ils franchissent l'obstacle slovène, les Bleus auront besoin d'un grand Karabatic pour aller disputer une médaille aux grosses nations du handball encore en lice, comme l'Espagne, le Danemark, la Croatie ou l'Allemagne.