Ski : pourquoi la victoire de Grange est vraiment un exploit

  • A
  • A
Ski : pourquoi la victoire de Grange est vraiment un exploit
@ Fabrice COFFRINI/AFP
Partagez sur :

RETOUR - Le skieur français a remporté dimanche le deuxième titre de champion du monde de slalom de sa carrière.

Le terme d'exploit est parfois galvaudé. Mais il est difficile d'évoquer aujourd'hui le deuxième titre de champion du monde de slalom de Jean-Baptiste Grange, décroché dimanche sur la piste enneigée de Beaver Creek, aux Etats-Unis, en d'autres termes. Voici pourquoi.

J-B Grange (960x640)

© E.Shaw/Getty Images/AFP

Il a su répondre présent dans un grand rendez-vous. Il était là, déjà, en 2007. A Äre, en Suède, Grange avait décroché, à 22 ans seulement, la 3e place du slalom. Quatre ans plus tard, à Garmish-Partenkirchen, en Allemagne, il avait effacé la déception de Mondiaux ratés à la maison (Val d'Isère 2009), en se parant d'or. Il a donc remis ça quatre ans plus tard, en sortant de presque nulle part. "Jean-Baptiste Grange est un vrai exemple pour tous les jeunes skieurs", estime la consultante ski d'Europe 1, Florence Masnada. "Les résultats sont arrivés vite et assez jeune mais il n'a pas voulu s'arrêter là. Malgré les doutes, les blessures, il a continué à travailler, à s'entraîner, pour aller conquérir cette médaille. Avoir un titre de champion du monde sur une année, sur une course, ça peut se faire. Mais là, c'est sa troisième médaille, son deuxième titre. C'est le sacre d'une carrière incroyable et je suis vraiment admirative et très heureuse pour lui." Avec deux titres mondiaux, Grange signe un exploit rarissime dans le ski français puisque seuls Emile Allais (4 titres), Marielle Goitschel (4) et Jean-Claude Killy (3) ont fait mieux. Guy Périllat et Fabienne Serrat comptent eux également deux titres mondiaux.

Grange remonte de la 5e à la 1re place lors de la 2e manche :

J-B Grange (960x640)

© E.Shaw/Getty Images/AFP

Il est resté concentré malgré les déceptions. Cinquième de la première manche, Grange a dominé tous ses adversaires dans la seconde par une météo difficile. A l'arrivée de son deuxième run, le skieur de Valloire avait la mine satisfaite : un top 5 dans une grande compétition internationale, il n'en avait fait que trois depuis son premier titre de champion du monde, le 20 février 2011 (le 27 février 2011 à Bansko, le 8 janvier 2012 à Wengen et le 15 décembre 2013 à Val d'Isère, ndlr). "Il faut être honnête, Jean-Baptiste Grange, cette année, on ne l'attendait pas", relève Florence Masnada. "Ces derniers résultats en Coupe du monde, c'était 21e, 26e. Et là, il a réussi à tout mettre en place le jour J, avec deux manches extraordinaires. Il a retrouvé son ski d'il y a quatre ans quand il avait été champion du monde, en 2011." Avant le coup de force de Beaver Creek, la dernière victoire de Grange sur des skis remontait au 3 janvier 2014, lors d'une course de Coupe d'Europe, à Chamonix. Cette saison, en Coupe du monde, Grange avait réussi quatre Top 10 mais restait sur deux contre-performances (21e à Kitzbühel et 26e à Schladming). "C'est incroyable, je ne m'attendais vraiment pas à faire cette course, à gagner", a d'ailleurs reconnu le skieur tricolore, premier surpris de sa performance. "J'avais envie, mais de là à gagner une deuxième médaille d'or... C'est exceptionnel."

Il a su se relever de ses blessures. Si Grange a aussi peu gagné ces dernières années, c'est aussi parce qu'il a été victime de blessures à répétition. "Tout jeune, il avait déjà des problèmes de dos", explique Florence Masnada. "Il a eu une première blessure à un genou, en 2009 (à Beaver Creek d'ailleurs, blessure qui l'avait privé des JO 2010, ndlr), puis une autre, après son titre de champion du monde en 2011. Puis une blessure à l'épaule, le dos bloqué, beaucoup de galères, beaucoup de doutes, et il a fallu se remettre en question. Il a vu arriver d'autres skieurs aussi, avec Alexis Pinturault, qui gagnait et qui l'a relégué un peu dans l'ombre. 'Jibé' s'est reconstruit petit à petit, il a continué à travailler avec le staff, a changé de matériel, a essayé des choses... Et puis là, dimanche, tout s'est mis en place..." Grange fait également l'admiration du directeur technique national (DTN) du ski français, Fabien Saguez.

"Le voir ramer pendant quatre ans, ramer comme il a ramé... L'année dernière, il avait fait plutôt une très bonne entame aux Jeux olympiques (Grange était sorti lors de la 2e manche du slalom à Sotchi, ndlr), et cette fois, il fait deux manches de suite", se félicite le dirigeant. "Quelque part, Jean-Baptiste, c'est un athlète hors normes, un skieur hors normes. Et en fait, il le prouve à nouveau aujourd'hui." Il ne manque désormais plus qu'une breloque olympique à Grange pour donner un relief supplémentaire à son palmarès. A Pyeongchang, en 2018, il n'aura que 33 ans.