Sanchez dans les clous

  • A
  • A
Sanchez dans les clous
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - L'Espagnol s'est imposé en solitaire lors d'une étape marquée par des crevaisons.

Luis Leon Sanchez 15.07

© REUTERS

Sanchez en habitué. Cette fois, Luis Leon Sanchez la tient. Passé tout près de la victoire, samedi, au Cap d'Agde, l'Espagnol a signé, dimanche, à Limoux, sa quatrième victoire d'étape sur ses cinq derniers Tours de France. Sorti du peloton après une cinquantaine de kilomètres, il a fait la différence face à ses quatre derniers compagnons d'échappée à onze kilomètres de l'arrivée. Sur une accélération subite, il a laissé sur place son compatriote Gorka Izagirre (Euskaltel), le Belge Philippe Gilbert (BMC), le Français Sandy Casar (FDJ-BigMat) et... le maillot vert, le Slovaque Peter Sagan (Liquigas), qui avait réussi à passer les cols et qui était devenu l'épouvantail de cette échappée. Il fallait s'en séparer avant l'arrivée, c'est ce que Sanchez a brillamment fait, en attaquant au moment où Sagan s'alimentait à l'arrière du groupe (photo). Concours de circonstances ? Peut-être pas...

Sanchez remporte sa quatrième étape sur le Tour :

Casar et sa bête noire. Luis Leon Sanchez est sans aucun doute la "bestia negra" de Sandy Casar. C'est en effet la troisième fois que l'Espagnol l'emporte avec le coureur de la FDJ-BigMat à ses côtés dans l'échappée. En 2009, Sanchez avant devancé le Français dans un sprint à quatre. L'an dernier, l'Espagnol s'était imposé à Saint-Flour devant Thomas Voeckler et Casar. Et, dimanche, Casar a une nouvelle fois terminé 3e d'une étape remportée par Sanchez. "Le but, c'est de gagner, on part dans les échappées pour la victoire. J'ai tenté dans la dernière ascension. Souvent, dans toutes les échappées, il (Sanchez) est avec moi", a souri (jaune) Casar au micro de France Télévisions.

Casar 15.07

© REUTERS

Clous 15.07 (930x620)

© Capture d'écran France 2

Une épidémie de clous. De nombreux coureurs ont été victimes de crevaisons dans la dernière partie de l'ascension du Mur de Péguère puis dans le tout début de la descente de ce col classé en 1re catégorie. Les responsables : des clous de tapissier jetés sur la route au sommet du col par des esprits mal intentionnés. "Il y a une trentaine de coureurs qui ont crevé, c'est sûr", a expliqué le directeur de course, Jean-François Pescheux.

Evans 15.07

© Capture d'écran France 2

Evans, la roue tourne. Le vainqueur du Tour 2011 a connu une belle galère au sommet du Mur de Péguère en raison de ces clous. Le leader de l'équipe BMC a crevé dans les dernières mètres et a été obligé d'attendre un de ses équipiers, la voiture de son team étant bloquée sur une route très étroite. Problème, l'Allemand Marcus Burghardt, qui a été le premier à se porter à la hauteur, a lui aussi crevé... Les deux coureurs ont alors attendu deux autres de leurs équipiers avant de redémarrer. Mais, alors qu'il était revenu à quelques secondes du groupe Wiggins, Evans a encore crevé deux fois. Trois changements de roue en quelques kilomètres... Mais la bienveillance du groupe maillot jaune, qui a attendu l'Australien, a permis à Evans de ne pas perdre de temps.

Evans attend d'être dépanné au sommet :

Rolland, l'échappée solitaire. Au moment où Evans était dépanné au sommet du Mur de Péguère, le Français Pierre Rolland (Europcar) a attaqué dans la descente. Il s'est attiré les foudres des équipiers du maillot jaune. Et, après avoir roulé pendant une petite dizaine de kilomètres, le vainqueur de l'étape de La Toussuire a été repris par le groupe maillot jaune. "J'espérais pouvoir attaquer dans le Mur de Péguère, j'ai attaqué au tout début de la descente, quand j'ai pu remonter. Je n''étais pas au courant de ce qui s'était passé derrière", a confié Rolland sur le plateau de "Stade 2". "Je pense être un coureur qui respecte le peloton et ses codes."

Kiserlovski contraint à l'abandon. La descente du Mur de Péguère a fait une "vraie" victime avec le Croate Robert Kiserlovski, très en vue depuis le début du Tour. Le coureur Astana a chuté lourdement et s'est fracturé la clavicule. Les clous sont peut-être en cause...

Wiggins 15.07

© REUTERS

Journée tranquille pour Wiggins. Malgré la présence de trois montées (un col de 2e catégorie et deux de 1re catégorie), le maillot jaune Bradley Wiggins n'a pas été mis en difficulté. A peine Cadel Evans (BMC) a-t-il accéléré dans la montée du Mur de Péguères, avant que l'équipe Sky ne remette ses hommes à l'avant, avec notamment le fidèle Richie Porte. Comme d'autres, "Wiggo" a été victime d'une crevaison dans la descente mais a changé de vélo en toute sérénité. "Keep calm and carry on"...