Route du Rhum : Gabart vers de nouveaux défis

  • A
  • A
Route du Rhum : Gabart vers de nouveaux défis
@ Corinne BOULLOUD/Europe 1
Partagez sur :

DOUBLÉ - Le jeune skipper de 31 ans, vainqueur du Vendée-Globe en 2013, a remporté la Route du Rhum chez les monocoques, vendredi.

Pour sa première Route du Rhum, et comme une évidence, François Gabart s’est offert la victoire dans sa catégorie, celle des monocoques, vendredi, moins de deux ans après son succès sur le Vendée-Globe ! Il rejoint dans l'histoire Michel Desjoyeaux et Titouan Lamazou, eux aussi auteur de ce sacré doublé. Le garçon n’est pas partageur. Les trois courses en solitaire qu’il a disputées, il les a toutes remportées…

De bout en bout. François Gabart a mené la course de bout en bout : de la bouée au Cap Fréhel jusqu’à la ligne d’arrivée au large de Pointe-à-Pitre, franchie vendredi à 18h38. Vincent Riou dans un premier temps puis Jérémie Beyou ont bien tenté de lui opposer une résistance. En vain...

François Gabart (1280x640)
Le Charentais a mis 12 jours 4 heures 38 minutes et 55 secondes pour boucler son parcours, soit 7 heures et 20 minutes de moins que l’ancien temps de référence établi en 2006 par Roland Jourdain. Le skipper de Macif reconnait s’être donné à fond comme jamais…

"C’est énorme", s’est-il exclamé dans la chaleur écrasante d'un après-midi antillais. "Finir comme ça avec ce bateau,  je ne pouvais pas rêver mieux !" Il y a quatre ans, François Gabart démarrait son projet monocoque avec Macif. Quatre après, et à 31 ans seulement, il boucle la boucle en Guadeloupe avec ce voilier avec lequel il a formé un tandem redoutable sur tous les océans du Globe.

>> LIRE AUSSI : Route du Rhum : comment les bateaux rentrent-ils ?

Le solitaire a reconnu aussi qu’il avait navigué en osmose avec son fidèle monocoque de 18 mètres, pour leur dernière course ensemble. Une navigation, presque les yeux fermés, sachant pile poil ce qu'il fallait faire au bon moment, dans le bon tempo en permanence. "C'est rare !", a-t-il reconnu. "J’ai eu de super sensations avec le bateau. J’arrivais à sentir le placement d’une voile à la barre, je sentais quand attaquer, comment bien glisser dans les vagues, c’est la première fois que je barre autant parce que je voulais aller vite !"

La fin d'un chapitre, le début d'un autre. Avec cette victoire en monocoque dans le Rhum, le Charentais tourne une page de sa carrière. Il y a pensé peu de temps avant de franchir la ligne. Le voilier sera sans doute au départ du prochain Vendée-Globe mais aux mains d’un autre navigateur.

François Gabart entamera lui, l’été prochain, un nouveau chapitre... en multicoque. Il fait construire un trimaran de 30 mètres avec lequel il prévoit de se lancer dans des records océaniques. Et promis, dans quatre ans, à Saint-Malo, il sera au départ de la 11ème édition de la Route du Rhum. Ses adversaires n’ont qu’à bien se tenir…