Roland-Garros : la reine Maria

  • A
  • A
Roland-Garros : la reine Maria
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Sharapova n'a laissé aucune chance à Errani en finale de Roland-Garros.

Le Chelem de Sharapova. Maria Sharapova, qui disputait sa première finale à Roland-Garros, n'a pas manqué l'occasion de remporter le seul tournoi du Grand Chelem qui manquait à son palmarès. La tête de série n°2 a dominé l'Italienne Sara Errani (n°21) en deux sets et 1h29' de jeu (6-3, 6-2). Sharapova ajoute ce Roland-Garros 2012 à Wimbledon 2004, l'US Open 2006 et l'Open d'Australie 2008. Elle est la huitième joueuse de l'histoire à remporter les quatre Majeurs après Maureen Connolly, Billie Jean King, Chris Evert, Martina Navratilova, Margaret Court, Steffi Graf et Serena Williams, dernière à avoir signé cet exploit.

Sharapova au sol (930x620)

© REUTERS

Une finale maîtrisée. Sharapova, qui disputait sa sixième finale en Grand Chelem, a fait parler son expérience face à Sara Errani, qui n'avait jamais dépassé les quarts de finale avant ce Roland-Garros. La Russe a rapidement mené 4-0 dans le premier set avant que l'Italienne n'entre enfin dans sa finale. Mais la 24e joueuse mondiale, qui rendait... 24 centimètres à son adversaire du jour (1,88 m contre 1,64 m), n'a jamais pu contrarier la domination de "Masha", qui sera n°1 mondiale lundi. Comme attendu, la Russe a tout fait, à la fois les points gagnants (37 contre 12) mais aussi les fautes directes (29 contre 11). Sur tout le tournoi, Sharapova n'a concédé qu'un seul set, en huitièmes de finale, face à la Tchèque Klara Zakopalova.

Sharapova bat Errani en deux sets :

Sara Errani (930x620)

© Capture d'écran France 2

Errani, les larmes aux yeux. L'Italienne avait du mal à dissimuler sa peine après avoir perdu sa première finale en Grand Chelem. Après un début catastrophique, elle a lutté avec ses armes : combatitivité et petit jeu, des armes qui lui avaient permis de battre trois anciennes vainqueurs de Majeurs sur la route de sa finale (Ana Ivanovic, Svetlana Kuznetsova et Samantha Stosur). Dans le dernier jeu du match, elle a signé deux splendides amorties de coup droit qui n'ont fait que retarder l'échéance. "Maintenant je dois me persuader que ce n'est pas normal pour moi de faire une finale du Grand Chelem", a déclaré Errani en conférence de presse. "Il ne faut pas que je pense que je ne vais jouer que des finales. Je vais continuer à perdre chaque semaine. Je dois continuer comme avant." Lundi, la modeste Italienne sera néanmoins dans le Top 10 mondial.

"Masha", les petits soins. A peine avait-elle prononcé ses premiers mots de championne de Roland-Garros que Sharapova montrait son poignet à son clan. Le but : récupérer sa montre pour les photos avec le trophée. Attachement affectif ou contrat de sponsoring ? Peut-être un peu des deux. Une chose est sûre : Sharapova, qui avait fait son entrée sur le court avec une veste noire des plus seyante, ne laisse rien au hasard. Et, pour son discours de remerciement, la Russe avait préparé un petit papier et a prononcé quelques en français : "je vous remercie pour votre soutien, pour ce moment incroyable dans ma carrière". Après une seule victoire, "Masha" a déjà dit plus de mots en français au micro que Rafael Nadal après six succès...

Un couac dans le protocole. "Mesdames et messieurs, finaliste des Internationaux de France 2012 : Maria Sharapova !" Le nouveau protocole de remise de la coupe à Roland-Garros - musique, estrade - a commencé par un couac monumental, avec l'annonce erronée du nom de la finaliste. Sara a alors levé les bras, ce qui a fait rire Maria aux éclats. Un moment embarrassant finalement assez savoureux.

Sharapova avec Gachassin, Errani et Seles (930x310)

© REUTERS

Seles, vingt ans après. Belle coïncidence, c'est Monica Seles (ici à droite), qui avait remporté le dernier de ses trois titres à Roland-Garros il y a vingt ans, qui a remis le trophée à Sharapova aux côtés du président de la Fédération française de tennis, Jean Gachassin. Seles partageait avec Sharapova cet important débit sonore et une incroyable soif de vaincre. "Je regardais Monica quand j'étais jeune et je rêvais de la rencontrer", a déclaré "Sharap". Je l'ai fait mais j'ai perdu (à Indian Wells, en 2002 ndlr)." Mais, dimanche, c'est elle qui a tout gagné.