Rallye de France : la Saint-Sébastien

  • A
  • A
Rallye de France : la Saint-Sébastien
@ Montage MAXPPP
Partagez sur :

WRC - Le rallye de France met aux prises Sébastien Ogier à Sébastien Loeb.

Loeb en essais, en Alsace (930x620)

© MAXPPP

C'est un retour à la maison, un dernier tour d'honneur. L'ultime participation à un rallye WRC de Sébastien Loeb, nonuple champion du monde en titre, dans son Alsace natale suffisait à faire l'événement. Mais il y a mieux : pour son 168e et dernier départ, Loeb va retrouver sur son chemin son plus sérieux rival de ses dernières années, son compatriote Sébastien Ogier, qui devrait logiquement lui succéder ce week-end au palmarès du WRC.

En effet, le Provençal n'a besoin que d'un point pour être sacré champion du monde. Une troisième place lors de la Power stage, l'étape d'ouverture du rallye, jeudi, dans les rues de Strasbourg, lui suffira pour coiffer sa première couronne. Et si son dernier rival dans la course au titre, le Belge Thierry Neuville (Ford Fiesta), ne l'emporte pas, il sera également sacré. Autant dire que le titre est dans la poche. Mais l'enjeu n'est bien évidemment pas là : ce week-end, c'est une affaire d'egos qui va se régler entre les deux champions français.

Une saison 2011 à couteaux tirés

Loeb et Ogier, 930

© REUTERS

Loeb et Ogier ont partagé le statut de pilote officiel Citroën lors de la saison 2011. Dès le deuxième rallye de la saison, au Mexique, Loeb fit comprendre à Ogier qu'il n'entendait pas jouer les seconds couteaux et poussa son coéquipier à la faute. Jeune loup aux dents longues (Ogier, 29 ans, est de dix ans le cadet de Loeb), le natif de Gap prit sa revanche en Allemagne en bénéficiant de la crevaison de Loeb, avant de régler ses comptes dans les médias. Loeb l'eut mauvaise : "j’avais déjà dit à Sébastien Ogier avant qu'il ne vienne chez Citroën d'aller voir ailleurs. Ce serait plus simple". Fin 2011, Loeb remporta in extremis son huitième titre (devant Mikko Hirvonen) et Ogier quitta Citroën pour Volkswagen.

Après une année d'apprentissage, conclue à la 10e place du championnat, Ogier domine la présente saison, avec six succès sur 11 rallyes. Auréolé d'une neuvième couronne l'an dernier, Loeb a lui décidé de se lancer sur circuit en 2014, en voiture de tourisme (WTCC). L'année 2013 est donc une année de transition, avec la participation à quatre rallyes seulement, dont celui de France, le dernier. Mais sur les trois rallyes qu'il a disputés, Loeb a quand même réussi à en gagner deux : le Monte-Carlo et l'Argentine. Ogier n'entend donc pas laisser Loeb lui voler une troisième - et dernière fois - la vedette...

"Ce serait frustrant que Loeb gagne le rallye"

Ogier en essais (930x620)

© MAXPPP

"Mon objectif sera de gagner. Je veux devenir champion du monde avec panache", convenait-il il y a deux semaines, après sa victoire en Australie. "Ce serait frustrant que Loeb gagne le rallye au moment où je deviens champion du monde. Je ne pense pas mériter ça. A moi de faire en sorte que ce scénario ne se produise pas." Evidemment, Loeb a lui ce scénario en tête, d'autant que tout ou presque a été fait pour lui, avec cette dernière spéciale disputée dimanche à Haguenau, sa ville de naissance. "Ce n'est pas la victoire à tout prix mais quand je prends le départ d'une course, j'aime bien être capable au moins de me battre devant", admet sur Europe 1 celui qui a remporté près de la moitié des rallyes WRC auxquels il a participé (78 sur 167).

Désormais détaché du monde du WRC et de son championnat, Loeb estime revenir sans pression sur ce rallye à domicile. Pas de pression ? Ça tombe bien, Ogier, quasiment sacré, dit ne pas la subir non plus. "Je suis plutôt relax quant au championnat car c'est quasiment fait maintenant, donc on peut dire que je peux aborder cette course libéré, avec juste l'ambition d'aller chercher une autre victoire", souligne-t-il sur Europe 1. "Avant tout, ça va être beau à suivre."

Passation de pouvoir

Ogier et Loeb (930x620)

© MAXPPP

Tout le monde l'espère. La principale interrogation tient à la compétitivité de Loeb sur sa Citroën. S'il n'a pas arrêté de briller - il a notamment remporté la course de côte de Pikes Peak, en juin dernier -, l'Alsacien n'a plus participé à un rallye WRC depuis cinq mois. "Le feeling était plutôt bon lors de mes derniers essais mais par rapport à la course, c'est un petit peu différent, on verra", estime Loeb. "Je me dis que ce ne sera peut-être pas si facile. D'un autre côté, tous les rallyes que j'ai faits dans ma carrière et les 15 ans d'expérience me permettront de ne pas être pénalisés par ça." Ogier est du même avis : "il est de retour pour sa dernière manche en WRC et même s'il a manqué quelques courses, je le sais capable d'être tout de suite de retour à son meilleur niveau."

Quoi qu'il arrive, la passation de pouvoir va avoir lieu ce week-end. "Passer le relais, ce n'est pas forcément quelque chose qui me plaît", reconnaissait Loeb au micro de Nikos Aliagas le 20 septembre dernier, sur Europe 1. On peut compter sur lui pour tenter de le passer les mains en l'air, sur le podium. Ce week-end, c'est la Saint-Sébastien. Mais l'un va sans doute davantage la célébrer que l'autre.