Comment mieux comprendre l'opération de Jules Bianchi

  • A
  • A
Comment mieux comprendre l'opération de Jules Bianchi
@ REUTERS
Partagez sur :

BULLETIN DE SANTÉ - Après son accident sur le circuit de Suzuka, au Japon, Jules Bianchi a été opéré d’un hématome cérébral.

Le Français Jules Bianchi, victime d'une sortie de piste dans les derniers tours du Grand Prix du Japon de Formule 1, se bat pour survivre dans un hôpital près de Suzuka. Le pilote de 25 ans, inconscient, était encore dans son cockpit, le casque enlevé, quand les sauveteurs lui ont appliqué pour la première fois un masque à oxygène. Il est ensuite parti en ambulance vers l'hôpital de Yokkaichi où il a été opéré d'urgence pour réduire "un hématome à la tête", selon les informations divulguées par son père Philippe. Le spécialiste santé d’Europe 1 Gérald Kierzek nous livre quelques précisions.

>> LIRE AUSSI - Accident de Jules Bianchi : à qui la faute ?

En quoi consiste l’opération d’un hématome cérébral ? A 23 heures dimanche, l'opération était terminée mais il ne fallait pas attendre de nouvelles à brève échéance, le père du pilote évoquant un délai de "24 heures pour en savoir plus". "On n’a pas d’informations précises sur le cas du jeune pilote mais il existe plusieurs types d’hématomes cérébraux", commente d’abord le docteur Kierzek. "Il y a d’abord l’hématome en dehors du cerveau, entre la boite crânienne et le cerveau, qu’on appelle l’hématome extradural. Dans ce cas de figure, il y a urgence extrême neurochirurgicale puisqu’il faut faire diminuer la pression qui comprime le cerveau. Le deuxième type d’hématome est situé à l’intérieur du cerveau. Cet hématome dit intracérébral  peut lui aussi nécessiter une intervention  neurochirurgicale", détaille le médecin



L’opération est-elle un signe de gravité extrême ? "Pas forcément", répond le spécialiste santé d’Europe 1. "On sait par exemple qu’un hématome extradural pris très tôt, chez un patient qui est encore conscient, va limiter les séquelles. Dans ce cas-là, on peut même tabler sur un taux de guérison de 90 à 100%. Mais tout dépend des lésions associées. Il n’y a pas que le cerveau qui a pu être touché. On a vu la violence du choc et l’encastrement sous la voiture. Il faut connaître les autres lésions de Jules Bianchi pour se prononcer davantage", prévient le docteur Kierzek.

Accident-de-Jules-Bianchi-1280x640

Respire-t-il seul ou grâce à une machine ? Lundi matin, plusieurs informations contradictoires se bousculent concernant l’état de santé du jeune pilote. Certains médias affirment qu’il respire tout seul. Mais d’autres sources prétendent qu’il est sous assistance respiratoire. Est-ce que cela change beaucoup de choses ? "Il peut y avoir une évolution en deux temps", répond le docteur Kierzek. "D’abord, le patient est conscient et a une respiration spontanée. Puis l’acte chirurgical nécessite de l’endormir. Et puis on prolonge cette anesthésie pour protéger le cerveau".

>> LIRE AUSSI - La F1 pense à Jules Bianchi