Qatar : des ouvriers forcés de participer à un marathon

  • A
  • A
Qatar : des ouvriers forcés de participer à un marathon
@ Karim JAAFAR/Al-Watan Doha/AFP
Partagez sur :

COURSE AU RECORD - Le club principal d'athlétisme du Qatar aurait tenté de battre un record de participation en faisant courir des ouvriers.

Voilà une information qui ne risque pas d'améliorer le regard sur les conditions de travail au Qatar. Alors que le pays se trouve déjà dans le viseur de la communauté internationale pour le traitement des ouvriers sur les chantiers des stades de la Coupe du monde de football 2022, le quotidien britannique The Telegraph révèle que le All Sadd Sport Club, le premier club d'athlétisme de l'émirat, a "pressé" des ouvriers à se présenter au départ d'un semi-marathon le 27 mars dernier. Le tout parfois en jean et en tongs !

Non, ce n'est pas un poisson d'avril puisque The Telegraph a sorti cette affaire le 30 mars. Le quotidien britannique cite l'un des participants : "le pire là-dedans était qu'il y avait un grand nombre d'ouvriers portant des jeans, des tongs, aucun équipement de sport. Certains ont essayé d'abandonner mais on leur a fait faire demi-tour et on leur a gueulé dessus pour qu'ils restent en course et qu'ils franchissent la ligne d'arrivée".

Des photos mises en ligne sur un compte Twitter dédié à la manifestation, surnommée "Mega marathon", confirment l'information du Telegraph. On y voit des hommes d'origine étrangère sur la ligne de départ avec un équipement qui n'a rien à voir avec celui d'un runner (sur les deux photos du bas).



"Ce sont des êtres humains aussi, non ?" Le but des organisateurs n'était pas d'épuiser ces ouvriers mais de battre le record du nombre de participants pour un tel événement. Le porte-parole du club, Mega Gonzales Cervantes, l'a reconnu et a admis que des ouvriers avaient été encouragés à participer. En revanche, il a insisté sur le fait que c'était sur la base du volontariat et qu'un équipement de course leur avait été offert. "S'ils ne voulaient pas courir, nous leur disions de rejoindre leur bus (qui les conduisaient à la zone industrielle où ils travaillent, dans le désert, ndlr)", a expliqué ce porte-parole. "Nous voulions une course propre, présentable." Il explique par ailleurs que les ouvriers ont été effectivement encouragés à poursuivre leur effort mais qu'ils n'ont pas été forcés de continuer à courir s'ils ne le souhaitaient pas. "Je leur ai parlé très poliment", insiste ce responsable. "Ce sont des êtres humains aussi, non ?"

Prévu pour être un marathon disputé le 6 février, le jour de la fête nationale, la course s'est finalement transformée en un semi-marathon le 27 mars, avec un départ à 14h00, soit au moment le plus chaud de la journée... Malgré ses efforts, le club d'Al Sadd n'a pas réussi à atteindre l'objectif fixé de 50.000 participants : ils n'étaient que 33.000 (et encore, plusieurs participants ont déclaré que ce chiffre était bien au-dessus de la réalité). Une fois que ce record a paru hors d'atteinte, les organisateurs ont reconduit les ouvriers à leurs bus. D'après les autorités népalaises, des centaines de leurs ressortissants sont morts lors des grands travaux entrepris pour le Mondial 2022...

>> LIRE AUSSI - Mondial 2022 au Qatar : Vinci accusé de travail forcé