Pistorius : la préméditation retenue

  • A
  • A
Pistorius : la préméditation retenue
@ REUTERS
Partagez sur :

Oscar Pistorius nie les accusations d'assassinat. Le procureur, lui, a retenu la préméditation.

L'info.  Après avoir entendu les arguments de la défense et du procureur, le juge Desmond a classé cette affaire en "schedule 6", la plus grave des accusations en Afrique du Sud. L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, inculpé du meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp, est accusé de meurtre avec préméditation. S'il est jugé coupable, il risque la prison à perpétuité. L'audience reprendra mercredi matin. On saura si l'accusé bénéficie ou non d'une libération sous caution.



 

Pistorius à Daegu (930x620)

© REUTERS

Pistorius continue de nier. Le champion paralympique est apparu une nouvelle fois en larmes devant le tribunal. En racontant le drame, mardi matin, il a expliqué qu'il "n'avait aucune intention de la tuer". Et de décrire la scène : "je me suis réveillé pour fermer la porte coulissante et j'ai entendu du bruit dans la salle de bain. J'étais apeuré et je n'ai pas allumé la lumière. J'ai crié sur l'intrus. Comme je n'avais pas mes prothèses, je me sentais vulnérable. J'ai tiré à travers la porte et dit à Reeva drapeler la police". Et de poursuivre : "après avoir tiré, je n'ai pas non plus quitté la scène. J'ai essayé de l'aider et attendu l'arrivée de la police".

La thèse de la préméditation retenue. De son côté, le procureur Nel a soutenu la thèse du meurtre avec préméditation, passible de la prison à vie. "Si je prends une arme, que je me déplace et tue une personne, il s'agit de préméditation", a-t-il expliqué. "La porte est fermée. Cela ne fait pas de doute. Je marche sept mètres et je tue. La raison est que je veux tuer. Voilà tout". Oscar Pistorius a de nouveau éclaté en sanglots alors que le procureur égrenait les détails de l'affaire.

Enterrement-Steencamp

Le corps de Reeva Steenkamp incinéré. Le corps du top model (photo) de 29 ans a été incinéré mardi matin à Port Elizabeth, à l'issue d'une cérémonie privée. Ses proches ont réclamé la plus grande fermeté à l'encontre d'Oscar Pistorius. "Il doit rester en prison. Il a déjà démontré à quel point il peut être dangereux avec ce qu'il a fait à Reeva", s'est indigné Gavin Venter, ancien employé du père de la victime.

Pas de remise en liberté ? Les procureurs devraient s'opposer à sa demande de libération sous caution. Cette demande paraît peu envisageable dans la mesure où de nombreux éléments accablent de plus en plus Oscar Pistorius. Une batte de cricket ensanglantée a été retrouvée à son domicile. Il n'aurait pas appelé les secours immédiatement après le drame. Et selon l'hebdomadaire City Press, les enquêteurs auraient également demandé une prise de sang de l'athlète pour déceler une éventuelle prise de drogues et de stéroïdes.

>>> A LIRE : "Roid rage" : quand les stéroïdes rendent fou

De nouvelles révélations. La presse sud-africaine livrait de nouveaux détails, mardi matin. Selon The Star, le champion paralympique aurait demandé des licences pour six armes très puissantes, en janvier dernier. Pistorius voulait s'acheter un véritable arsenal : un fusil Maverick, un fusil Mossberg, un fusil Winchester, une carabine Vextor .223, un revolver Smith & Wesson 500 et un revolver  .38 Special.