Peterson, le terrain comme exutoire

  • A
  • A
Peterson, le terrain comme exutoire
@ REUTERS
Partagez sur :

NFL - La star des Minnesota Vikings a joué dimanche, 48 heures après le décès de son fils.

Peterson face aux Panthers (930x620)

© REUTERS

Il n'a porté que 10 ballons et gagné seulement 62 yards. Et son équipe, les Minnesota Vikings, a concédé dimanche à domicile une quatrième défaite en cinq matches, contre les Carolina Panthers (35-10). Mais le plus important pour Adrian Peterson (ici avec le safety des Panthers, Mike Mitchell) était d'être présent sur le terrain avec son uniforme de joueur, dimanche. Quarante-huit heures plus tôt, il avait appris le décès de son jeune fils de deux ans. Transféré à l'hôpital dans un état critique mercredi, l'enfant est mort vendredi de blessures à la tête. Celles-ci leur auraient été causées par Joseph Patterson, le compagnon de la mère de l'enfant, inculpé de coups et blessures aggravés. Au moment des faits, l'enfant était seul dans la maison avec Patterson, un homme de 27 ans déjà connu pour des actes de violence domestiques.

Une carrière exceptionnelle, des événements tragiques

Peterson en costume (930x620)

© REUTERS

Quelques heures seulement après avoir appris la mort de son fils, Peterson, 28 ans, a rapidement expliqué qu'il serait présent sur le terrain dimanche, suscitant des réactions diverses dans l'opinion publique américaine, allant de la surprise à l'incompréhension. "Vous savez, le football est quelque chose sur laquelle je peux toujours m'appuyer", a-t-il précisé. "Il m'a aidé dans des moments difficiles. Le fait d'être avec les gars, c'est ce dont j'ai besoin dans ma vie, des gars qui me soutiennent. C'est ça, le simple fait d'être là et de jouer au jeu que j'aime." Finaliste en 2004 du prestigieux Heisman Trophy, qui récompense chaque année le meilleur joueur universitaire, Peterson collectionne les honneurs depuis. Drafté en 2007 par les Vikings, il est devenu en quelques saisons l'une des références au poste de coureur ("running back"), décrochant même l'an dernier le titre de meilleur joueur de la saison.

Le décès de son enfant a d'autant plus d'écho que le joueur, exceptionnel, se double d'un homme qui a déjà connu de nombreuses épreuves dans sa vie. Alors qu'il n'avait que sept ans, son frère est mort dans ses bras après un accident de la circulation causé par un chauffeur ivre. Pendant sa scolarité à l'University of Oklahoma, son père a été emprisonné pour trafic de drogues. Et, en 2007, peu de temps avant ses débuts en NFL, son demi-frère a été abattu. A chaque fois, sa façon de dépasser la triste réalité a été de jouer et de courir.

"J'ai ma façon d'appréhender les choses et je ne demande pas aux gens de comprendre ce que j'ai dans la tête ou comment je pense", a expliqué "AP" à l'issue de la défaite face aux Panthers, dimanche. "De chaque situation difficile, j'essaie de tirer du positif. C'est la façon dont j'aborde la vie. Je n'ai jamais pensé à ne pas jouer. Il fallait venir ici et prier pour que j'ai la force de faire face et d'aider mon équipe. C'était mon objectif." Et ce sera encore le cas jusqu'à la fin de la saison...